8 février 2014 – Google Maps Transit : Montpellier n’a pas encore communiqué ses données transport


Dans le premier numéro du magazine « MONtpellier AGGLO« , paru au mois de mai 2012, le lecteur assidu pouvait lire en page 32 que Montpellier Agglomération serait la première agglomération en France à ouvrir ses données numériques au public, alors que Rennes (capitale de la Bretagne), pionnière en la matière, avait pris les devants au mois de juillet 2010.

Dès le mois de novembre 2011, plus exactement le 8, sur le site openpendata.montpelliernumérique.fr, Jérémie Valentin écrivait :

« Dans le cadre de l’ouverture des données relatives au territoire montpelliérain, nous recevons de nombreuses sollicitations sur les données transport.

Ces données sont très intéressantes pour les usagers, mais sont aussi essentielles à la création de services d’information, de calcul d’itinéraires multimodaux et d’aide à une mobilité plus respectueuse de l’environnement.

Le transport public à Montpellier est du ressort de l’agglomération et est en grande partie géré par la TaM dans le cadre d’une délégation de service public.

Rejoignant la dynamique Open Data locale, l’agglomération devrait s’engager dans les prochaines semaines dans un vaste programme de mise à disposition de données publiques. Les données transport seront alors progressivement rendues accessibles dans un format numérique.

….. »

Qu’en est-il exactement au 8 février 2014 ?

Google Maps Transit est certainement l’outil le plus utilisé au monde pour se déplacer de façon optimale dans les grandes agglomérations. Si les autorités organisatrices de transports des quatre très grandes agglomérations suisses dotées d’un réseau de tramways (Bâle, Berne, Genève et Zürich) ont ouvert leurs données à Google (qui compte de très nombreux jeunes talents  français parmi ses milliers de salariés), les autorités organisatrices de transports françaises sont plus réticentes (autre pays, autre mentalité), préférant le plus souvent créer leur propre application d’assistant personnel de mobilité, aussi performante si ce n’est plus que Google Maps Transit, mais limitée à l’agglomération pour laquelle elle a été conçue. Or la personne qui se déplace beaucoup en France comme à l’étranger, smartphone ou tablette avec fonction GPS en main, aura plus le réflexe de toucher de son doigt l’application Google Maps que de se mettre à rechercher l’application mobilité disponible pour telle ou telle agglomération.

Sur les vingt-trois réseaux de tramways français,  seules les agglomérations de Bordeaux et Strasbourg ont transmis leurs données transport à Google Maps Transit, à ce jour. Paris et l’Ile-de-France n’ont fourni pour l’instant que les données Métro et RER. Angers, Brest, Dijon, Grenoble, Le Havre, Le Mans, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Mulhouse, Nantes, Nice, Orléans, Reims, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse, Tours et Valenciennes n’ont pas encore franchi le pas, ni même Rennes dotée d’une ligne de métro et d’un réseau de bus très performant.  Souhaitons simplement que Montpellier ne soit pas la dernière grande agglomération française à garder pour elle ses données transport.

Info : Benjamin Blasco et Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour 8 février 2014 – Google Maps Transit : Montpellier n’a pas encore communiqué ses données transport

  1. Tinot dit :

    Juste pour information, il est vrai que vous ne parlez presque que de tramway dans votre article, mais il aurait été bien de dire que ce service est disponible dans au moins UNE ville de « notre » région Languedoc-Roussillon et cela depuis maintenant deux ans : Perpignan et son agglomération. Ainsi, ça montrerait que l’agglomération de Montpellier raconte n’importe quoi quand elle se dit être la première agglomération à ouvrir ses données, sans regarder ce qui se passe ailleurs, alors qu’elle est dans la même région !

    • Bravo à Perpignan! Avec Google Maps Transit vous avez une longueur d’avance sur Montpellier, et je n’oublie pas le TGV qui vous amène à Barcelone plus rapidement qu’à Montpellier depuis le 15 décembre dernier. Barcelone fait également partie des villes européennes où Google Maps Transit fonctionne.

  2. Eric dit :

    Il n’y a pas les infos de transit, en revanche je constate qu’il y a enfin les lignes 3 et 4. Pas plus tard que la semaine dernière, il n’y avait encore que la 1 et la 2. Depuis avril 2012 il était temps !

  3. blascob dit :

    Effectivement Eric, un petit article dans tramwaydemontpellier.fr et la TAM se bouge. Il reste maintenant à afficher les stations et permettre les calculs de trajet. Y’a du travail mais y’a du mieux !

  4. Ping : 9 mars 2014 – Applis transports, Montpellier fait du surplace | Tramway de Montpellier

  5. Ping : 7 février 2015 – Les autorités organisatrices des transports urbains françaises regimbent à communiquer leurs données transport à Google Maps Transit | Tramway de Montpellier

  6. Ping : 11 mars 2016 – Google Maps Transit a séduit Marseille, Nice et Valenciennes | Tramway de Montpellier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s