15 septembre 2019 – A compter du dimanche 15 décembre 2019, la gare de Montpellier Saint-Roch devrait perdre une quinzaine de TGV

A partir du dimanche 15 décembre 2019, la gare de Montpellier Saint-Roch devrait perdre une quinzaine de mouvements TGV au bénéfice de la gare de Montpellier Sud de France. Photo du parvis de la gare de Montpellier Saint-Roch, le mercredi 11 septembre 2019. Copyright : Edouard Paris

A l’échelle européenne les changements d’horaires des trains vont entrer en vigueur le dimanche 15 décembre 2019.

C’est à cette même date que sera mise en service la gare de Nîmes Pont-du-Gard construite à l’extrémité nord-est du contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier (CNM).

Avec l’ouverture de cette nouvelle gare, c’est une quinzaine de trains à grande vitesse qui ne desserviront plus les gares de Nîmes Centre et de Montpellier Saint-Roch, si on compare les grilles horaires applicables jusqu’au samedi 14 décembre 2019 à celles qui seront appliquées à compter du dimanche 15 décembre 2019. Sur ce dernier point, le webmestre s’est attelé à établir les grilles horaires des journées du lundi 16 septembre 2019 et du lundi 16 décembre 2019 pour les liaisons directes TGV/Inoui entre Montpellier et Paris gare de Lyon et vice versa et entre Montpellier et Lyon Part Dieu et vice versa afin que les utilisatrices et utilisateurs du TGV sur ces deux principales relations, qui auront la curiosité de consulter le document établi au format pdf, puissent avoir une idée de ce qui les attend dès le dimanche 15 décembre 2019. En effet, si on n’y prend pas garde les probabilités de faire une erreur au moment de la réservation d’un billet aller-retour tant sur la gare de départ que sur la gare de retour seront élevées à Montpellier, d’autant plus que les prix seront plus attractifs, en général une dizaine d’euros de différence, en faveur d’un trajet à partir de ou en direction de la gare excentrée de Montpellier Sud de France par rapport à la gare de Montpellier Saint-Roch en centre-ville. Pour celles et ceux qui gareront leur voiture dans le parking d’une des deux gares, il sera bien évidemment préférable de choisir un aller-retour sur la même gare.

A noter que l’ensemble des Intercités desservira exclusivement la gare de Montpellier Saint-Roch à compter du dimanche 15 décembre 2019. Par ailleurs, la gare de Montpellier Saint-Roch devrait être desservie par un ou deux Ouigo en provenance de Paris gare de Lyon à partir de cette même date. A ce sujet, on en saura plus le jeudi 3 octobre 2019.

Si la gare de Nîmes Pont-du-Gard, située à 14 km du centre-ville de la préfecture gardoise, sera reliée à la gare de Nîmes Centre par des TER, sauf après 21h où ce seront des bus qui prendront le relais des TER, du côté de Montpellier, pour rejoindre la gare Saint-Roch ou le centre-ville depuis la gare Sud de France, ou faire le chemin inverse, il faudra toujours se contenter d’une relation indirecte navette bus + tram jusqu’ à l’été 2022 au cours duquel devrait être mis en service le prolongement de la ligne 1 de tramway entre l’actuel terminus « Odysseum » et le parvis nord-ouest de la gare de Montpellier Sud de France.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 1, Voyages | Tagué , , | 1 commentaire

14 septembre 2019 – Place Auguste-Gibert et rue Jules-Ferry à Montpellier, du mieux mais des travaux restent à finaliser

Un camion de la société Eurovia photographié sur la place Auguste-Gibert à Montpellier, le samedi 14 septembre 2019. Copyright : Edouard Paris

Ce samedi 14 septembre 2019, le webmestre a pu constater que des dalles de pierre avaient été enfin posées place Auguste-Gibert entre la colonnade de la gare de Montpellier Saint-Roch et le Mc Donald et quelques-unes sur la même place, côté rue Maguelone.

Toujours place Auguste-Gibert, côté rue Maguelone, et dans le haut de la rue Jules-Ferry, à la jonction avec le Pont-de-Lattes, le sable à gros grains s’est tassé à la suite de petites averses qui se sont abattues sur Montpellier, le mardi 10 septembre 2019, et du fait du passage permanent de véhicules routiers,  mais la pose de dalles de pierre et de pavés restent à finaliser.

Une personne qui observe le webmestre en train de prendre des photos, place Auguste Gibert, s’approche de lui et lui  demande s’il supervise les travaux.
Le webmestre lui répond que non, mais qu’il est juste là pour faire des photos destinées à être mises en ligne sur le blog tramwaydemontpellier.net afin de démontrer que la finition des travaux s’éternise depuis bientôt un mois.
La personne apprend alors au webmestre qu’une de ses connaissances s’est ramassée une pelle à scooter récemment, place Auguste-Gibert, à cause du sable étalé entre les rails, qu’elle était couverte de bleus et qu’elle cherchait à savoir contre qui elle pouvait se retourner pour demander réparation du préjudice subit à savoir : des blessures sur sa personne et des dégâts matériels sur le scooter.
Le webmestre indique à son interlocuteur que la voirie dépend de Montpellier Méditerranée Métropole et non plus de la ville de Montpellier.
Sur ce, l’interlocuteur annonce au webmestre qu’il va interpeller Philippe Saurel, demain dimanche 15 septembre 2019, à l’occasion de l’Antigone des associations, pour l’alerter sur la lenteur des travaux de finition place Auguste-Gibert et sur l’accident de scooter.
Le webmestre ajoute : « Dites à Philippe Saurel qu’il mette la pression sur Luc Albernhe, coordinateur des travaux au sein de la métropole, en lui balançant un tweet toutes les heures, jour et nuit, jusqu’à ce que les travaux soient enfin achevés place Auguste Gibert et dans le haut de la rue Jules-Ferry, tweet de preuve à l’appui ».

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 1, Ligne 2, Ligne 3 | Tagué , , | Laisser un commentaire

13 septembre 2019 – Bilbao (Pays basque), un tramway aux lignes aérodynamiques

A Bilbao, la rame 405 Urbos 1 CAF, opérant sur la ligne A EuskoTran et circulant en direction du terminus « Atxuri », est photographiée à la station « Pio Baroja », sur la rive gauche de la Ria de Bilbao, le mardi 30 juillet 2019. Copyright : Jolyne

La ville basque de Bilbao s’est dotée d’une ligne de tramway moderne le mercredi 18 décembre 2002, jour où a été mise en service la première section de la ligne A EuskoTran à voie métrique entre l’actuel terminus sud-est « Atxuri », situé sur la rive droite de la Ria de Bilbao, et l’actuelle station « Uribitarte », qui se trouve sur la rive gauche de la Ria de Bilbao.

Le mercredi 30 avril 2003 la ligne a été prolongée jusqu’à la station « Guggenheim » qui dessert le célèbre musée éponyme ouvert au public le samedi 18 octobre 1997. Le 24 juillet de la même année, la ligne A gagne quatre stations de plus en atteignant le pôle d’échanges multimodal « San Mamés ». En 2004, une nouvelle station dénommée « Basurto » est mise en service au sud de « San Mamès ». Avec l’ouverture de l’actuel terminus « La Casilla », le mercredi 25 avril 2012, la station « Basurto » a pris le nom de « Ospitalea/Hospital » et une nouvelle station « Basurto » a été créée entre la station « Ospitalea/Hospital » et le nouveau terminus « La Casilla ». Avec ce dernier prolongement, la longueur de la ligne s’établit encore à ce jour à 5,57 km.

L’exploitation de la ligne A est assurée par la première génération de tramways modernes construite par la société Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles (CAF), dont le siège social est à Beasain au Pays basque. Cette première génération baptisée Urbos 1 ne compte que huit rames articulées triple caisse bidirectionnelles aux lignes aérodynamiques qui opèrent exclusivement sur cette ligne A du tramway de Bilbao. Ces rames d’une longueur de 24,40m et d’une largeur extérieure de 2,40 m sont dotées d’un plancher bas à 70% en ce qui concerne celles numérotées de 401 à 407, la rame 408 ayant la particularité d’offrir un plancher bas intégral qui deviendra la norme des générations suivantes de tramways CAF. Chaque rame de la ligne A de Bilbao peut accueillir 196 voyageurs, soit 48 assis, 142 debout et 2 à mobilité réduite. Cette capacité devrait augmentée dans le futur avec l’adjonction de modules supplémentaires. La vitesse maximale de chaque rame Urbos 1 CAF atteint 70 km/h.

Info : Jolyne et Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Voyages | Tagué | Laisser un commentaire

12 septembre 2019 – Un correspondant du quotidien Midi Libre débaptise la station « Sabines » de la ligne 2 de tramway et lui donne le nom fantaisiste de « Rambla des Calissons »

Capture d’écran des premières lignes de l’article intitulé « Montpellier : les Halles Plaza, une ouverture prometteuse » mis en ligne par le quotidien régional Midi Libre, le mercredi 11 septembre 2019

Dans une article mis en ligne le mercredi 11 septembre 2019, sous le titre « Montpellier : les Halles Plaza, une ouverture prometteuse« , son auteur, un correspondant anonyme du quotidien régional Midi Libre, écrit que les nouvelles halles, ouvertes le jeudi 5 septembre 2019, sont situées tout à côté de la station de tramway « Rambla des Calissons ».

Les halles en question occupent le rez-de-chaussée d’un nouvel immeuble dénommé « Plaza Real » construit à Montpellier à l’angle de la rue de la Madeleine et de la Rambla de Calissons face à la station « Sabines », et non « Rambla des Calissons », desservie par la ligne 2 de tramway, les lignes 15, 17 et 18 de bus urbains et suburbains, les autobus liO Hérault Transport (lignes 602 et 604), dont les gaz d’échappement nuisent grandement à la qualité de l’air de l’éco-quartier des Grisettes, tout comme ceux dégagés par les autocars Flixbus et les autocars assurant des lignes internationales.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 2 | Tagué , | Laisser un commentaire

12 septembre 2019 – Premiers matches de la poule A de la CEV EuroVolley 2019 Masculins à la Sud de France Arena desservie par la ligne 3 de tramway, station « Parc Expo », ce jeudi 12 septembre 2019

La rame 2098 Citadis 402 Alstom multilignes, opérant sur la ligne 1 et dont les motrices sont habillées aux couleurs de la CEV EuroVolley 2019 Masculins, est photographiée à la station « Corum », le jeudi 5 septembre 2019. Copyright : Edouard Paris

La Sud de France Arena, commune de Pérols, station « Parc Expo » desservie par la ligne 3 du réseau de tramways de Montpellier, direction « Pérols – Etang de l’Or », accueille, ce jeudi 12 septembre 2019, les trois premiers matches de la poule A de la CEV EuroVolley 2019 Masculins, sur les quinze qui se dérouleront dans cette même salle jusqu’au mercredi 18 septembre 2019.

Les trois matches du jour sont les suivants :
A 14h15 : Bulgarie – Grèce
A 17h15 : Portugal – Italie
A 20h45 : France – Roumanie.

Les douze autres matches sont respectivement programmés les vendredi 13 septembre (17h15 : Bulgarie – Roumanie, 20h45 : Italie – Grèce), samedi 14 septembre (17h15 : Grèce – France, 20h45 Bulgarie – Portugal), dimanche 15 septembre (14h00 : Roumanie – Italie, 17h30 : Portugal – France), lundi 16 septembre (17h15 : Roumanie – Grèce, 20h45 : France – Bulgarie), mardi 17 septembre (14h00 : Grèce – Portugal, 19h30 : Italie – Bulgarie) et mercredi 18 septembre 2019 (14h00 : Portugal – Roumanie, 20h45 : France – Italie).

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 3 | Tagué , | Laisser un commentaire

10 septembre 2019 – Abonnement annuel étudiants, le classement de la rentrée 2019 des villes équipées d’une ou plusieurs lignes de tramway hors Paris et Île-de-France et Aubagne

A la rentrée 2019, Tours Métropole Val de Loire se distingue en appliquant une baisse de 73,60 € sur le tarif élevé de l’abonnement annuel transports en commun des étudiants de moins de 26 ans. La rame 066 Citadis 402 Alstom est photographiée à l’approche du terminus « Lycée Jean Monnet » à Joué-lès-Tours, le lundi 25 mars 2019. Copyright : Michel Bozzola

En cette rentrée 2019, l’abonnement transports en commun annuel étudiants est toujours moins cher à Toulouse si on le compare à celui des 23 autres agglomérations ou métropoles françaises équipées d’une ou plusieurs lignes de tramway, hors Paris et Île-de-France et Aubagne, où chez cette dernière les transports urbains demeurent gratuits.

Les tarifs de l’abonnement annuel étudiants varient de 102,00 € (Toulouse) pour le moins élevé à 320,00 € (Lyon) pour le plus coûteux. Des tarifs ont augmenté ou sont restés inchangés cet été 2019, exception faite de Nice, Angers et Tours, où les tarifs s’adressant aux étudiants ont enregistré une baisse respective de 8 €, 28,80 € et 73,60 €. A Montpellier, le tarif, en vigueur depuis le lundi 1er septembre 2014, n’a pas bougé. Ce titre de transport est valable sur l’ensemble du réseau de chaque agglomération ou métropole classée (bus, tramway, métro, navette fluviale, funiculaire, téléphérique urbain…).

Caen a été rajoutée à la liste à la suite de la mise en service de son réseau de tramways fer, le samedi 27 juillet 2019.

Les tarifs indiqués ne comprennent pas les frais éventuels de dossier.

Entre parenthèses le tarif de l’abonnement annuel des étudiants qui était appliqué au 12 septembre 2018, date du précédent classement.

1°) Toulouse : 102,00 € (inchangé) avec carte Pastel pour les étudiants de moins de 26 ans mais 153 € (inchangé) pour les jeunes non étudiants âgés entre 20 et 25 ans.

2°) Nice : 145,00 € (153,00 €) pour tous les jeunes de 19 à 25 ans;

3°) Grenoble : 150,00 € (inchangé) pour tous les jeunes de 18 à 24 ans;

4°) Orléans : 186,00 € (184,10 €) pour les étudiants et apprentis;

5°) Mulhouse : 189,00 € (inchangé) pour les étudiants non salariés et apprentis de moins de 26 ans;

6°) Montpellier : 196,00 € (inchangé) pour tous les jeunes de moins de 26 ans;

7°) Saint-Etienne : 213,00 € (209,00 €) pour les étudiants et élèves apprentis de moins de 26 ans;

8°) Marseille : 220,00 € (inchangé) pour les scolaires, étudiants, stagiaires de la formation professionnelle ou apprentis de 19 à 25 ans;

9°) Tours : 230,00 € (303,60 €) pour un élève de l’enseignement supérieur ou apprenti, jusqu’à 25 ans révolus.

10°) Le Havre : 240,00 € (inchangé) pour les jeunes de moins de 20 ans et les étudiants de moins de 28 ans;

11°) Angers : 240,00 € (268,80 €) pour tous les jeunes de 6 à 25 ans;

12°) Valenciennes : 240,00 € (inchangé) pour les étudiants non boursiers de 19 à 25 ans;

13°) Bordeaux : 244,80 € (236,40 €) pour tous les jeunes de moins de 28 ans;

14°) Rouen : 247,50 € (inchangé) pour tous les jeunes de plus de 17 ans et de moins de 26 ans;

15°) Brest : 250,00 € (inchangé) pour les étudiants non boursiers;

16°) Lille : 252,00 € (247,00 €) pour dix mois de septembre à juin et pour tous les jeunes de 4 à 25 ans, étudiant non boursier, jeune salarié, collégien, écolier;

17°) Le Mans : 259,80 € (inchangé) pour les étudiants après la terminale, habitant Le Mans Métropole ou fréquentant un établissement universitaire sur Le Mans Métropole;

18°) Reims : 264,60 € (inchangé) pour les étudiants sur justificatif;

19°) Caen : 265,50 € pour les moins de 26 ans:

20°) Strasbourg : 276,00 € (266,00 €) pour tous les jeunes de 19 à 25 ans;

21°) Besançon : 280,00 € (277,00 €) pour tous les jeunes de 18 à 25 ans et aux étudiants de moins de 28 ans;

22°) Nantes : 280,00 € (276,00 €) pour tous les jeunes de 19 à 25 ans;

23°) Dijon : 315,00 € (inchangé) pour tous les jeunes de 18 à 25 ans – Pass 9 mois 240,00 € (inchangé);

24°) Lyon : 320,00 € (318,00 €) pour les élèves des établissements de l’enseignement supérieur ainsi qu’aux bénéficiaires d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, de moins de 28 ans.

Les tarifs ci-dessus sont ceux relevés sur les sites internet des transports en commun des 24 agglomérations ou métropoles classées, le mardi 10 septembre 2019. A noter que c’est sur le site TaM Montpellier 3M qu’il est le moins facile de trouver les tarifs proposés. Sur la très grande majorité des autres sites l’onglet ou le bouton « Titres et abonnements » ou « Tarifs » saute aux yeux dès l’ouverture de la page d’accueil.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Infos réseau, Voyages | Tagué | Laisser un commentaire

9 septembre 2019 – Carnet de voyage : Augsburg (Allemagne)

A Augsburg, la rame 828 NF8 Combino Siemens, opérant sur la ligne 1, est photographiée sur Königsplatz à l’approche de la station éponyme, le mercredi 4 septembre 2019. Copyright : Olivier Fleury

A la suite de la fermeture de l’ancien réseau de tramways de Dijon, au mois de décembre 1961, en France, seules trois grandes villes disposaient encore d’une seule ligne de tramway, Marseille, Saint-Etienne et Lille, sur les quatre-vingt-dix villes environ qui avaient ouvert un réseau de tramways entre la fin du 19e siècle et le début de la Première guerre mondiale. La grande majorité des réseaux français a disparu entre la fin de la Seconde guerre mondiale et la fin des années cinquante pour laisser place à des réseaux d’autobus.

En Allemagne, si des réseaux de tramways ont également été supprimés, tel celui de Hambourg, il en existait encore une soixantaine environ au début des années soixante. Beaucoup d’entre eux ont néanmoins subi une cure d’amaigrissement, mais ils se sont maintenus, tout le contraire de ce qui s’est passé en France où la renaissance du tramway n’est intervenue qu’au début du mois de janvier 1985 avec la mise en service d’une première ligne de tramway moderne à Nantes.

A Augsburg (Augsbourg en français), une ville allemande située dans le land de Bavière, en Souabe bavaroise, la première ligne de tramway hippomobile a ouvert le dimanche 8 mai 1881 et c’est à partir du jeudi 1er septembre 1898 que l’électrification du réseau de tramways est devenue opérationnelle.

En 2019, la ville d’Augsburg, dont la population vient de franchir la barre des 300 000 habitants au dernier recensement, dispose d’un réseau de tramways à voie métrique comprenant cinq lignes numérotés 1, 2, 3, 4 et 6. Les jours de match de l’équipe de football professionnelle FC Augsburg, qui évolue en Bundesliga, une ligne spéciale numérotée 8 est activée. Elle relie la gare principale à la WWK Arena. De même, une ligne spéciale numérotée 9 fonctionne entre la gare principale et le parc des expositions (Messezentrum), qui comprend également un palais des congrès et une salle de spectacle, les jours où un événement particulier est susceptible d’attirer la grande foule.

A ce jour, le réseau de tramways d’Augsburg est exploité au moyen de 11 rames GT6M ADtranz numérotées de 601 à 611, chacune d’une longueur de 27 m et d’une largeur extérieure de 2,30 m, livrées entre 1995 et 1996, 41 rames NF8 Combino Siemens numérotées de 821 à 836 et de 841 à 865, chacune d’une longueur de 42 m et d’une largeur extérieure de 2,30 m, livrées entre 2001 et 2004, et 27 rames CF8 CityFlex Bombardier numérotées de 871 à 897, chacune d’une longueur de 40,6 m et d’une largeur extérieure de 2,30 m, livrées en 2009 et 2010. Toutes ces rames articulées à plancher bas intégral sont unidirectionnelles, c’est à dire qu’elles sont équipées d’une seule cabine de conduite. En conséquence, les terminus des lignes sont nécessairement dotés d’une boucle de retournement. Le parc roulant comprend également 3 motrices triple caisse M8C Duewag, numérotées 8005, 8006 et 8007, chacune d’une longueur de 26,64 m et d’une largeur extérieure de 2,30 m, sur les douze de même type livrées au réseau augsbourgeois entre 1985 et 1986. Ces motrices triple caisse sont bidirectionnelles mais seule la caisse centrale offre un plancher bas accessible aux personnes à mobilité réduite. Après le retrait de ces trois motrices M8C Duewag, le service sera en totalité assuré par des rames à plancher bas intégral.

Info : Olivier Fleury et Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Voyages | Tagué , | Laisser un commentaire