15 septembre 2018 – Semaine européenne de la mobilité du dimanche 16 au samedi 22 septembre 2018

La rame 2044 Citadis 302 Alstom opérant sur la ligne 4 est photographiée en train de quitter la station « Albert 1er – Cathédrale », quai 4a, le mercredi 12 septembre 2018 à 12h22. Copyright : Edouard Paris

La dix-septième édition de la Semaine européenne de la mobilité débute le dimanche 16 septembre 2018 , cependant la Journée des transports public se déroule ce samedi 15 septembre 2018.

Sur le réseau TaM Montpellier 3M, tout comme en 2017, cette semaine se résume à la seule organisation du jeu de la mobilité par TaM Montpellier 3M et Montpellier Méditerranée Métropole, si on se fie à la page Facebook.com/tamvoyages, car à l’heure où sont écrites les présentes lignes, ce samedi matin 15 septembre 2018 à 8h10, la rubrique « Actualités » du site TaM Montpellier 3M est muette sur le sujet.

L’an dernier la règle du jeu était la suivante :
« Vérifiez que vous maîtrisez parfaitement les offres de service disponibles pour vos déplacements sur le territoire de Montpellier Méditerranée Métropole et tentez de remporter un Contrat mobilité TaM d’un an.
Pour jouer, c’est simple :
Rendez-vous sur la page Facebook TaM facebook.com/tamvoyages
Répondez aux 5 questions sur les différents services multimodaux : tramway, bus, Vélomagg, P+tram et autopartage avec Modulauto.
Un tirage au sort permettra à 10 participants, ayant donné les bonnes réponses, de remporter un Contrat mobilité TaM. »

Toujours à l’heure où est mise en ligne la présente info (samedi 15 septembre 2018 à 18h38), mise à part l’image bandeau annonçant le jeu de la mobilité, la règle du jeu se faisait attendre sur la page Facebook.com/tamvoyages.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Infos réseau, Voyages | Tagué | Laisser un commentaire

12 septembre 2018 – Abonnement transports en commun annuel étudiants, le classement des villes équipées d’une ou plusieurs lignes de tramway hors Paris et Île-de-France et Aubagne

Dans la métropole grenobloise, le tarif de l’abonnement annuel jeunes de 18 à 24 ans coûte 150,00 €. Photo prise au terminus « Plaine des Sports » de la ligne B, commune de Gières, le dimanche 19 août 2018, quelques secondes avant le départ de la rame 6008 Citadis 402 Alstom en direction du terminus « Presqu’île ». Copyright : Edouard Paris

En cette rentrée 2018, Toulouse demeure toujours largement en tête du classement des 23 agglomérations ou métropoles françaises équipées d’une ou plusieurs lignes de tramway, hors Paris et Île-de-France et Aubagne, où chez cette dernière les transports urbains sont gratuits, en ce qui concerne le tarif le moins élevé de l’abonnement transports en commun annuel étudiants.

Les tarifs de l’abonnement annuel étudiants s’échelonnent de 102,00 € (Toulouse) pour le moins cher à 318,00 € (Lyon) pour le plus élevé. La plupart des tarifs ont augmenté cet été 2018, exception faite du Havre et du Mans où les tarifs s’adressant aux étudiant ont baissé. A Montpellier, le tarif, en vigueur depuis le lundi 1er septembre 2014, n’a pas bougé. Ce titre de transport est valable sur l’ensemble du réseau de chaque agglomération ou métropole classée (bus, tramway, métro, navette fluviale, funiculaire, téléphérique urbain…).

Les tarifs indiqués ne comprennent pas les frais éventuels de dossier.

Entre parenthèses le tarif de l’abonnement annuel des étudiants qui était appliqué au 8 septembre 2017, date du précédent classement.

1°) Toulouse : 102,00 € (100,00 €) avec carte Pastel pour les étudiants de moins de 26 ans mais 153 € pour les jeunes non étudiants âgés entre 20 et 25 ans.

2°) Grenoble : 150,00 € (inchangé) pour tous les jeunes de 18 à 24 ans;

3°) Nice : 153,00 € (inchangé) pour tous les jeunes de 19 à 25 ans;

4°) Orléans : 184,10 € (182,30 €) pour les étudiants et apprentis;

5°) Mulhouse : 189,00 (186,00 €) pour les étudiants non salariés et apprentis de moins de 26 ans;

6°) Montpellier : 196,00 € (inchangé) pour tous les jeunes de moins de 26 ans;

7°) Saint-Etienne : 209,00 € (205,00 €) pour les étudiants et élèves apprentis de moins de 26 ans;

8°) Marseille : 220,00 € (inchangé) pour les scolaires, étudiants, stagiaires de la formation professionnelle ou apprentis de 19 à 25 ans;

9°) Bordeaux : 236,40 (230,40 €) pour tous les jeunes de moins de 28 ans;

10°) Le Havre : 240,00 € (279,30 €) pour les jeunes de moins de 20 ans et les étudiants de moins de 28 ans;

11°) Valenciennes : 240,00 € (inchangé) pour les étudiants non boursiers de 19 à 25 ans;

12°) Lille : 247,00 € (238,00 €) pour dix mois de septembre à juin et pour tous les jeunes de 4 à 25 ans, étudiant non boursier, jeune salarié, collégien, écolier;

13°) Rouen : 247,50 € (245,00 €) pour tous les jeunes de plus de 17 ans et de moins de 26 ans;

14°) Brest : 250,00 € (inchangé) pour les étudiants non boursiers;

15°) Le Mans : 259,80 € (273,00 €) pour les étudiants après la terminale, habitant Le Mans Métropole ou fréquentant un établissement universitaire sur Le Mans Métropole;

16°) Reims : 264,60 € (260,10 €) pour les étudiants sur justificatif;

17°) Strasbourg : 266,00 € (inchangé) pour tous les jeunes de 19 à 25 ans;

18°) Angers : 268,80 € (267,00 €) pour tous les jeunes de 6 à 25 ans;

19°) Nantes : 276,00 € (270,00 €) pour tous les jeunes de 19 à 25 ans;

20°) Besançon : 277,00 € (275,00 €) pour tous les jeunes de 18 à 25 ans et aux étudiants de moins de 28 ans;

21°) Tours : 303,60 € (inchangé) sur 12 mois si l’abonnement mensuel de 27,60 € (inchangé) est acheté onze mois consécutivement, ce tarif annuel s’adressant aux étudiants de l’enseignement supérieur;

22°) Dijon : 315,00 € (inchangé) pour tous les jeunes de 18 à 25 ans – Pass 9 mois 240,00 € (inchangé);

23°) Lyon : 318,00 € (315,00 €) pour les élèves des établissements de l’enseignement supérieur ainsi qu’aux bénéficiaires d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, de moins de 28 ans.

Les tarifs ci-dessus sont ceux relevés sur les sites internet des transports en commun des 23 agglomérations ou métropoles citées, le mercredi 12 septembre 2018.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Infos réseau, Voyages | Tagué | Laisser un commentaire

9 septembre 2018 – René Revol, maire de Grabels et conseiller métropolitain, demande la gratuité des transports publics à Montpellier

René Revol, maire de Grabels et conseiller métropolitain, demande la gratuité des transports publics à Montpellier. La rame 2048 Citadis 302 Alstom « La Sunny French Tech Attitude » est photographiée place Auguste-Gibert à Montpellier, le dimanche 9 septembre 2018. Copyright : Edouard Paris

A l’occasion de la Marche pour le climat qui a mobilisé plus de 1 500 personnes à Montpellier, le samedi 8 septembre 2018, René Revol, maire de Grabels et conseiller métropolitain, français insoumis, a demandé la gratuité des transports publics à Montpellier pour suivre l’exemple de Dunkerque qui vient d’adopter cette mesure (source : France Bleu Hérault).

La question de la gratuité des transports en commun revient régulièrement sur la place publique.

Le lundi 19 mars 2018, Anne Hidalgo, maire de Paris annonçait le lancement d’une réflexion sur la gratuité des transports en commun à Paris.

Dans la foulée de cette déclaration la chaîne « Public Sénat » ouvrait le débat dans l’émission « On va plus loin » sous le titre suivant : « Gratuité des transports en commun : est-ce viable ? »

Un article signé Laure-Anne Elkabbach résume bien à lui seul les diverses opinions sur le sujet au cours de ce débat :

Pour n’en citer qu’une, celle de Frédéric Héran, économiste spécialiste des transports, maître de conférences à l’université Lille 1, qui estime que la gratuité des transports en commun n’est pas souhaitable : « C’est une mesure incohérente (…) qui va avoir forcément des incidences sur toute la politique de déplacement de la ville de Paris ou des villes qui décident de cette mesure. Qui seront les nouveaux usagers des transports publics ? Et bien ce seront d’abord, toutes les études le montrent, des cyclistes, ensuite des piétons et très peu d’automobilistes. C’est ce que l’on constate. Cela veut dire clairement que cette mesure est une mesure anti cyclistes, anti piétons et très peu défavorable finalement à la voiture. »

Ce n’est pas seulement en France que le débat sur la gratuité des transports refait épisodiquement surface.

Chez nos voisins suisses, à la différence de la France, tout(e) citoyen(ne) ayant le droit de vote peut lancer une initiative populaire, tant au niveau communal, que cantonal ou fédéral. Ainsi à Genève, une initiative en faveur de la gratuité des tpg a été balayée par 67% de la population en 2008. De leur côté, les Neuchâtelois(es) devraient se prononcer sur la gratuité des transports publics, une initiative en ce sens munie de 4 676 signatures ayant été déposée le vendredi 23 février 2018 à la chancellerie d’Etat. Le média suisse ArcInfo, dans un article tout récent, souligne toutefois que « Si le Grand Conseil déclare à son tour l’initiative recevable, le Conseil d’Etat aura deux ans pour lui transmettre un rapport sur le fond. Les députés se prononceront en principe dans l’année qui suivra. Ils pourront l’approuver ou la refuser, en l’accompagnant ou non d’un contre-projet. En cas d’acceptation du texte par le peuple, le parlement aura encore deux ans pour le mettre en oeuvre. »

Pour conclure, dans un entretien donné au quotidien de Suisse romande « Le Temps », le mardi 28 avril 2015, le philosophe français Jean-Louis Sagot Duvauroux, a déclaré naïvement à l’instar des politiques français qui sont favorables à la gratuité des transports en commun : « Avec un transport public gratuit, il n’y a plus de fraude, donc on supprime les contrôles. Les contrôleurs de titres de transports peut être remplacés par des agents chargés de surveiller que les usagers respectent les lieux et les autres passagers. En outre, les exemples français ont montré que la suppression de la traque à la fraude améliore l’atmosphère dans les transports et apaisent les tensions. Il y a moins de dégradation du matériel. »

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Infos réseau, Voyages | Tagué , , , | 1 commentaire

8 septembre 2018 – Ligne 5, comparatif entre le tracé validé par la DUP d’août 2013 et celui présenté par Philippe Saurel en septembre 2018

Le magazine d’information de la métropole (mmmag), numéro 41 – Septembre 2018 -, présente en page 25 le tracé de la future ligne 5 de tramway dont une partie, située dans les quartiers ouest de Montpellier, doit faire l’objet d’une déclaration d’utilité publique (DPU) modificative. Le tracé dévoilé est à comparer avec le tracé validé par l’arrêté n°2013-1-1656 du 28 août 2013 déclarant d’utilité publique la ligne 5.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 5 | Tagué , | 1 commentaire

6 septembre 2018 – A compter du lundi 1er octobre 2018, du lundi au jeudi, il faudra plus de temps pour relier Lille à Montpellier avec le TGV 5020

TGV 5020 Lille Europe – Montpellier Saint-Roch, voilà ce qui nous attend du lundi au jeudi, du lundi 1er octobre au jeudi 6 décembre 2018. Capture d’écran réalisée le jeudi 6 septembre 2018

Depuis le vendredi 24 août 2018 et chaque vendredi jusqu’au 28 septembre 2018, un TGV quittant la gare de Lyon à 21h07 arrive en gare de Montpellier Sud de France à 1h02 du matin (le samedi), après 3h55 de trajet. En comparaison, le TGV qui part de la même gare à 19h07 atteint la gare de Montpellier Sud de France à 22h15, soit 3h08 plus tard. Différence de temps entre ces deux mêmes liaisons : 47 mn.

Principale raison de cet écart de temps : le TGV de 21h07 dessert la gare de Nîmes-centre, puis repart non pas en direction de Lunel, mais en sens contraire en direction de Marguerittes, à l’est de Nîmes, où il emprunte un embranchement qui lui permet de rejoindre le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier (CNM) sur lequel la gare de Montpellier Sud de France a été construite.

Apparemment, la SNCF à l’intention d’ajouter de nouvelles circulations TGV sur le CNM dans le but d’augmenter le nombre de trains desservant la gare de Montpellier Sud de France, quitte à mécontenter un plus grand nombre de voyageurs.

Ainsi, du lundi 1er octobre au jeudi 6 décembre 2018, du lundi au jeudi, le TGV 5020 démarrant de Lille Europe à 17h03 arrivera en gare de Montpellier Saint-Roch à 23h08, après avoir notamment desservi les gares de Nîmes-centre (21h33), Montpellier Sud de France (22h24) et Sète (22h42), vous avez bien lu : Sète.

Complément d’info par Kévin, le vendredi 7 septembre 2018 : les détournements de trains en soirée trouvent leur origine dans la réalisation de travaux nocturnes de renouvellement des voies sur la ligne classique Nîmes – Montpellier au cours du quatrième trimestre 2018.

Info : Miguel et Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Voyages | Tagué | 6 commentaires

5 septembre 2018 – Une navette pour les fantômes de la gare fantôme ?

Capture d’écran de l’info mise en ligne par TaM Montpellier 3M, le vendredi 24 août 2018

La nouvelle est passée totalement inaperçue mais, depuis le vendredi 24 août 2018, le service de la navette bus « Place de France » – « Gare Montpellier Sud de France » est renforcé dans les deux sens en soirée, tous les vendredis jusqu’à 1h30, et ce jusqu’au vendredi 28 septembre 2018, selon une info mise en ligne par TaM Montpellier 3M, le vendredi 24 août 2018.

Dans la mesure où le dernier train, un TGV Paris gare de Lyon – Perpignan, marque son arrêt en gare de Montpellier Sud de France à 22h15 avant de poursuivre son chemin de fer vers la préfecture des Pyrénées-Orientales tout en desservant préalablement Sète, Agde, Béziers et Narbonne, on peut se demander à qui peut bien s’adresser la navette bus au-delà de 23h00, si ce n’est à des fantômes…

(Modification du vendredi 7 septembre 2018 – 12:35)

L’explication, dont s’est bien gardée de donner TaM Montpellier 3M, a été communiquée le soir même de la mise en ligne de la présente info par mels34000 dans les termes suivants : « Pour répondre à votre titre d’article formulé de manière interrogative, sachez que depuis quelques temps, le TGV n° 6227 partant de Paris à 21h07 et circulant les vendredis arrive à la nouvelle gare TGV à 1h02. Contrairement à ce que vous soutenez, ce prolongement de service de la navette bus n’est donc pas dénué d’utilité. »

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 1, Voyages | Tagué , | 5 commentaires

4 septembre 2018 – Exposition « Picasso – Donner à voir » au Musée Fabre à Montpellier, plus que quelques jours pour la visiter

La rame 2098 Citadis 402 multilignes, dont les motrices assurent la promotion de l’exposition « Picasso – Donner à voir », est photographiée sur l’avenue du Mondial 98, alors qu’elle circule sur la ligne 1 en direction du terminus « Mosson », le lundi 3 septembre 2018. Copyright : Edgar Chaptal

L’exposition « Picasso – Donner à voir« , au Musée Fabre à Montpellier, prendra fin le dimanche 23 septembre 2018.

Jusqu’à cette date et sauf accident matériel ou panne, les motrices de la rame 2098 Citadis 402 Alstom multilignes continueront à faire la promotion de cet événement culturel très couru qui a débuté le vendredi 15 juin 2018, aussi bien sur la ligne 1 que sur la ligne 3 de tramway.

Il est toutefois dommage que seules les motrices aient été décorées. Un ou deux modules intermédiaires de la rame auraient dû recevoir le même pelliculage pour une bien meilleure visibilité de la campagne de promotion en station, comme on sait si bien le faire à Genève.

Info : Edgar Chaptal

Publié dans Fourre tout, Ligne 1, Ligne 3 | Tagué , , | Laisser un commentaire