29 décembre 2018 – Futur Stade Louis-Nicollin, les contribuables de la métropole montpellieraine devraient avoir leur mot à dire mais on n’est pas aux USA

La rame 2098 Citadis 402 Alstom, aux couleurs de la « Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 », est photographiée à la station « Voltaire » de la ligne 3, le samedi 29 décembre 2018. Copyright : Edouard Paris

Le mercredi 30 novembre 2016, en présence de Louis Nicollin, président du Montpellier Hérault Sport Club (MHSC), à ses côtés, Philippe Saurel, maire de la ville de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, lançait le projet d’un nouveau stade de football.

Face à la presse, Philippe Saurel promettait une architecture dépouillée, fonctionnelle, à budget serré pour un projet à 100 M€ comprenant également un palais des sports pour accueillir les handballeurs du MAHB et les basketteuses du BLMA.

Moins de deux ans après, le jeudi 5 juillet 2018, toujours en conférence de presse, Philippe Saurel estimait le coût du complexe sportif à 200 M€, 150 M€ pour le stade et 50 M€ pour la halle des sports qu’occuperont notamment les équipes de handball et de basket.

Face à l’envolée exponentielle du coût de réalisation de ces infrastructures sportives projetées, il est évident que la faculté d’organiser des consultations d’initiative populaire au niveau local (ville ou métropole), sur tel ou tel investissement public particulièrement onéreux, serait d’une grande utilité afin de prévenir tout dérapage, mais on n’est pas aux USA.

Ainsi, il y a deux ans, le mardi 8 novembre 2016, à San Diego, Etat de Californie, les citoyens en âge de voter ont rejeté le projet d’un nouveau stade quitte à voir partir les Chargers, une équipe professionnelle de football américain de National Football League (NFL) , membre de la division ouest de la NFL, contrairement aux citoyens d’Arlington, Etat du Texas, qui ont approuvé, le même jour, le projet d’un nouveau stade afin de garder les Texas Rangers, une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball membre de la division ouest de la ligue américaine.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 1, Ligne 3, Voyages | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

25 décembre 2018 – Métro-tramway de Rouen, une ligne dotée de trois terminus

Aperçu de l’aménagement intérieur d’une rame Citadis 402 Alstom opérant sur la ligne de métro-tramway de la métropole de Rouen. Photo prise le samedi 1er décembre 2018. Copyright : Michel Bozzola

La métropole rouennaise est équipée d’une ligne de métro-tramway en service commercial depuis le samedi 17 décembre 1994, l’inauguration ayant été organisée la veille.

La ligne d’une longueur de 15,1 km comprend trois terminus. Un terminus nord « Boulingrin » situé sur la commune de Rouen, un terminus sud-est « Technopôle », en service depuis le lundi 1er septembre 1997, situé sur la commune de Saint-Etienne-du-Rouvray, et un terminus sud-ouest « Georges Braque » situé sur la commune du Grand-Quevilly. Les deux branches sud-est et sud-ouest prennent naissance au sud de la station « Saint-Sever » à Rouen rive gauche, seule station de la ligne en viaduc. A l’ouverture de la ligne, « Hôtel-de-Ville de Sotteville » constituait le premier terminus de la branche sud-est.

Particularité de cette ligne, 1,7 km est en souterrain à Rouen, pour une petite partie côté rive gauche de la Seine et pour la principale côté rive droite de la Seine, le terminus « Boulingrin » au nord-est du centre historique étant toutefois à ciel ouvert.

A l’origine, l’exploitation de la ligne était assurée par des rames TFS (Tramway Français Standard) Alsthom de 29,40 m de long pour une largeur extérieure de 2,30 m, pouvant transporter 178 passagers, identiques à celles circulant à Grenoble depuis 1987 et sur les lignes T1 et T2 en Île-de-France, les rames TFS du T2 étant par la suite affectées en totalité au T1.

La fréquentation du métro-tramway de la métropole rouennaise étant en constante augmentation, dans l’impossibilité de commander des rames identiques, qui ne figuraient plus au catalogue du constructeur Alstom, le conseil communautaire de l’agglomération rouennaise a pris la décision, le mardi 15 décembre 2009, soit 15 ans après l’inauguration de la ligne de métro-tramway à un jour près, de passer commande à Alstom de 27 rames Citadis 402 d’une longueur de 43,92 m, d’une largeur extérieure de 2,40 m et d’une capacité de 280 passagers, pour un montant de 90 M€.

Les sept premières rames Citadis 402 Alstom sont entrées en service le samedi 23 juin 2012 et les vingt suivantes au cours des quatre premiers mois de l’année 2013, poussant les vingt-huit rames TFS Alsthom vers la sortie après moins de dix-neuf ans de bons et loyaux services.

Les élus d’Île-de-France n’étant pas intéressés par ces rames TFS, pourtant très bien entretenues, pour la ligne T1, ni même ceux de Grenoble, les élus de la métropole rouennaise se sont résignés à brader les 28 exemplaires pour la modique somme de 5,2 M€ à l’agglomération turque de Gaziantep.

C’est à partir du vendredi 14 février 2014 que les rames TFS, qui était stockées au dépôt du Petit-Quevilly sur un faisceau de voies non alimenté en électricité, ont commencé à être chargées sur des remorques porte-chars de l’entreprise AltéAD et que le mardi 4 mars 2014 plusieurs rames ont quitté le port de Grand-Couronne par bateau, direction la Turquie.

Gaziantep, une ville proche de la frontière syrienne considérée comme zone de guerre, est très contrôlée par les autorités turques. Les rames sont bien en service. Huit d’entre elles ont été louées à la ville turque de Kayseri située en Anatolie, à 250 km au nord-ouest de Gaziantep.

Info : Michel Bozzola

Publié dans Fourre tout, Voyages | Tagué | Laisser un commentaire

23 décembre 2018 – Une personne renversée par un tramway, place de la Comédie à Montpellier, ce dimanche en tout début de soirée

La rame 2010 Citadis 401 Alstom arrêté en pleine voie, quelques mètres après la station « Comédie » commune aux lignes 1 et 2 de tramway. Sur la droite de la photo des personnes entourent la victime allongée au sol. Photo prise le dimanche 23 décembre 2018 à 18h29. Copyright : Edouard Paris

Quelques secondes après avoir quitté la station « Comédie », la rame 2010 Citadis 401 Alstom, circulant en direction du terminus « Odysseum », a, semble-t-il, heurté une personne qui traversait les voies du tramway dans la courbe qui précède la rue Maguelone, ce dimanche 23 décembre 2018 vers 18h20.

La personne était allongée sur la voie 2, de sorte que les rames des lignes 1 et 2, venant de la gare Saint-Roch, se sont retrouvées bloquées rue Maguelone, tout comme les rames des lignes 1 et 2 qui circulaient sur voie 1 dans le même sens que la rame 2010 et qui se sont retrouvées bloquées place de la Comédie.

A l’heure où la présente info est mise en ligne (20h23, ce dimanche 23 décembre 2018), le compte Twitter de TaM Montpellier 3M ne faisait état d’aucune perturbation sur son réseau. De même, le média en ligne e-metropolitain, ne faisait pas encore mention de cet accident.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 1, Ligne 2 | Tagué , | Laisser un commentaire

22 décembre 2018 – Navette Gare Montpellier Sud de France, certain(e)s conducteurs et conductrices de TaM Montpellier 3M manquent de professionnalisme

Rond-point du boulevard Pénélope à Montpellier, une navette Gare Montpellier Sud de France roulant à fond la caisse avec une seule passagère à bord, le samedi 15 décembre 2018 à 13h54. Copyright : Edouard Paris

Tramwaydemontpellier.net reproduit en intégralité la teneur d’un commentaire laissé ce samedi 22 décembre 2018 au pied d’une info mise en ligne le vendredi 6 juillet 2018.

« Bonjour,

Voici le témoignage d’une mésaventure qui m’est arrivée le jeudi 6 décembre 2018 et qui m’a fait perdre quasiment 100 euros.

– Je devais prendre le Ouigo de 16h15 à la Gare Sud de France. Pour cela, j’avais prévu de prendre la navette de 15h42 à l’arrêt « Place de France », laquelle doit mettre 10 mn max pour arriver jusqu’à la gare.

– La navette est arrivée dans le sens de l’arrivée, côté patinoire, et devait faire un demi-tour comme prévu à un rond-point situé plus loin, au nord-est du parking Circé, pour revenir sur ses pas. Sauf qu’elle n’est jamais arrivée dans le sens des départs, côté multiplexe Gaumont.

– j’ai donc attendu la suivante de 15h52 et je n’étais pas le seul. La navette s’est pointée côté arrivée en retard. J’ai hélé la conductrice de la navette afin qu’elle se dépêche car nous étions une trentaine de personnes à attendre. Elle est partie pour faire le demi-tour et nous l’avons vu au loin se garer à côté d’un autre bus et discuter au moins 5 minutes. Puis elle est arrivée au ralenti pour enfin nous récupérer.

– Nous sommes arrivés à la gare Sud de France à 16h09. Nous avons sprinté pour nous présenter en zone d’embarquement à 16h11. Là, le vigile de la sécurité avait placé les barrières et nous a bloqué l’accès au quai alors que du monde montait dans le train plus bas. Nous lui avons expliqué la situation et il n’a rien voulu entendre. Il nous a dit qu’il faisait parti d’une société privée qui n’avait rien à voir avec Ouigo et qu’il ne nous laisserait pas passer. Les gens embarquaient tranquillement dans le Ouigo sous nos yeux alors que l’agent de sécurité n’avait qu’un appel au talkie walkie à faire. Le train est parti sous les cris et pleurs de 30 personnes se faisant arnaquer. Une personne âgée faisait vraiment  peine à regarder.

– J’ai été obligé de prendre un autre train car j’avais un entretien d’embauche à Paris le lendemain matin. J’ai dû me rendre à la gare de Montpellier St Roch en tramway pour trouver un train qui partait 2 heures plus tard après avoir acquitté 92 euros.

– Finalement, à cause du manque de professionnalisme de la personne au volant de la navette pour la gare et de l’absence de communication entre la navette, la gare Sud de France, le vigile ( qui était à la limite du correct) et Ouigo, cette histoire m’a coûté quasiment 100 euros, ce qui n’est pas rien. Nous étions nombreux dans mon cas.

Je trouve tout de même cette organisation scandaleuse et archaïque.

Surtout que 2 semaines plus tôt, j’avais attendu le Ouigo qui avait au moins 40 minutes de retard….

Vers qui se retourner dans ces cas là ? »

JBD

Note : le samedi 15 décembre 2018 à 13h50, après être descendu du tramway à la station « Place de France » pour se diriger vers l’arrêt « Place de France » de la navette bus Gare Montpellier Sud de France, le temps de quitter le quai pour traverser les voies du tramway avec d’autres personnes tirant des bagages, qui elles prenaient le Ouigo de 14h49, la navette qui était à l’arrêt est partie devant mes yeux sans attendre qui que ce soit. Sachant qu’elle allait faire un détour, j’ai accéléré le pas entre la patinoire et le rond-point du boulevard Pénélope où j’ai eu la chance de voir et d’immortaliser la navette en question en train de rouler à fond la caisse (elle aurait dû quitter l’arrêt « Place de France » à 13h45 selon l’horaire affiché) avec…une seule passagère à son bord.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 1, Voyages | Tagué , | 3 commentaires

19 décembre 2018 – Extension de la ligne 1 de tramway entre Odysseum et la gare de Montpellier Sud de France, la facture grimpe de 40 M€ à 45 M€

La gare de Montpellier Sud de France à dix minutes du centre-ville, certainement en métro mais d’aucune façon en tramway. Photo prise le samedi 15 décembre 2018. Copyright : Edouard Paris

Dans un article mis en ligne par le quotidien Midi Libre, le dimanche 13 janvier 2013, intitulé « Montpellier : la ligne 1 du tram ira jusqu’à la future gare TGV« , le coût de la réalisation de cet extension, d’une longueur de 1,3 km, était estimé à 40 M€ environ.

Dans un article mis en ligne par le quotidien Midi Libre, le lundi 9 juillet 2018, intitulé « Montpellier : Philippe Saurel annonce le prolongement de la ligne 1 de tramway jusqu’à la gare TGV« , le budget de réalisation de cet extension s’élèverait à 40 M€

Enfin dans un article mis en ligne par le quotidien Midi Libre, le dimanche 16 décembre 2018, intitulé « Montpellier : le futur quartier Cambacérès se dessine avec le tramway« , la facture du prolongement de la ligne 1 grimpe à 45 M€.

A l’ouverture du prolongement de la ligne 1, fin 2021 ou au cours de l’année 2022, le délai minimum de transfert entre le hall de la gare de Montpellier Sud de France et le hall de la gare de Montpellier Saint-Roch, et vice versa, devrait s’établir à 30 minutes minimum contre 40 minutes minimum aujourd’hui.

Si la ligne 1 conserve son itinéraire actuel entre la station « Gare Saint-Roch » et « Odysseum », outre les 18 minutes de temps de trajet entre ces deux stations, il faudra compter 5 minutes de plus pour atteindre le nouveau terminus « Gare Montpellier Sud de France », soit au total 23 minutes de temps de transport entre la station « Gare Saint-Roch » et le bout de ligne « Gare Montpellier Sud de France ». Ce temps de transport pourrait être ramené à 20 minutes si l’itinéraire de la ligne 1 est modifié entre les stations « Gare Saint-Roch » et « Rives du Lez », les rames de la ligne 1 empruntant alors l’itinéraire actuel de la ligne 3 via les stations « Place Carnot » et « Voltaire », les rames de la ligne 3 étant de ce fait amenées à desservir les stations « Du Guesclin », « Antigone », « Léon Blum » et « Place de l’Europe ». On sera toujours bien loin des 10 minutes annoncées sur un panneau jouxtant le parvis Melvin-Jones qui précède le parvis ouest de la gare de Montpellier Sud de France.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 1 | Tagué , , , | Laisser un commentaire

16 décembre 2018 – A Montpellier, douzième anniversaire de la ligne 2 de tramway

La rame 2058 Citadis 302 Alstom, opérant sur la ligne 2, est photographiée peu de temps après avoir quitté la station « Nouveau Saint-Roch » commune aux lignes 2 et 4, avenue de Maurin à Montpellier, le dimanche 9 décembre 2018. Copyright : Edouard Paris

Douzième anniversaire de la ligne 2 de tramway ce dimanche 16 décembre 2018.

En dépit de la réalisation de nombreux programmes immobiliers le long de son tracé, notamment à Castelnau-le-Lez et du côté des Grisettes à Montpellier, sa fréquentation stagne si l’on se fie aux chiffres communiqués par TaM Montpellier 3M et publiés par l’hebdomadaire la Gazette de Montpellier dans son numéro 1581 du jeudi 4 au mercredi 10 octobre 2018.

Cette fréquentation aurait été de 45 000 voyages quotidiens en 2017, identique à celle de l’année 2016 consultable en page 99 du rapport d’activités 2016 de Montpellier Méditerranée Métropole, le rapport d’activités 2017 n’étant apparemment pas disponible en ligne à ce jour.

Concernant la ligne 1, la fréquentation serait passée de 126 000 voyages quotidiens en 2016 à 127 000 en 2017. Pour ce qui est de la ligne 3, cette fréquentation aurait progressé également en 2017, 69 000 voyages quotidiens cette année là contre 67 000 en 2016. Quant aux chiffres de la fréquentation de la ligne 4, il sont toujours grossièrement surévalués : 30 000 voyages quotidiens en 2015 (ligne non bouclée), 30 000 en 2016 (ligne bouclée à partir du samedi 2 juillet 2016) et 30 000 en 2017 (année pleine d’une ligne entièrement bouclée).

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Infos réseau, Ligne 2 | Tagué , | 2 commentaires

15 décembre 2018 – Nouveau terminus « Gare Montpellier Sud de France » de la navette éponyme, le reportage photo

Nouveau terminus de la navette bus côté nord-ouest de la gare de Montpellier Sud de France photographié le samedi 15 décembre 2018. Copyright : Edouard Paris

Depuis le samedi 8 décembre 2018, la navette bus assurant la desserte de la gare de Montpellier Sud de France, à partir de la place de France où elle est en correspondance avec la ligne 1 de tramway, ne dépose plus ses passagers au niveau du parvis sud de la gare excentrée montpelliéraine mais au nord-ouest de cette même gare.

A l’arrivée de leur train (TGV, Ouigo ou Intercités), les voyageurs sont invités à suivre un marquage au sol, doublé d’une signalétique idoine, sur une centaine de mètres, qui les conduit directement au nouveau terminus « Gare Montpellier Sud de France » équipé d’un abri atypique sous lequel ont été installés des bancs.

Info : Edouard Paris

Publié dans Fourre tout, Ligne 1, Voyages | Tagué , | 3 commentaires