8 décembre 2012 – Tu me recopieras…


Dans le spectacle « La brigade des feuilles », mis en scène par les Chevaliers du Fiel, une personne choisie au hasard dans le public joue le rôle de René, le guichetier de la piscine municipale d’une petite ville du sud-ouest de la France, celui qui a échoué d’un point à l’examen de cosmonaute.

A Montpellier, nous avons hérité de son frère, Roger, né en 1980, dont les études se sont sans aucun doute résumées à un bac de sable + 7.

Avec les gaffes qu’il a accumulées depuis le printemps dernier, on peut supposer que Roger a été embauché par Jean-Pierre Moure, actuel président de la communauté d’agglomération de Montpellier.

Cela a commencé sur la ligne 3 avec le nom de la station « Jules Guesde » improprement nommée « Jules Guesdes ». Ensuite, sur la ligne 2,  nous avons eu la rame baptisée « Mairie de Montpellier » au lieu de « Marie de Montpellier », une pensée de Roger pour Jean-Pierre Moure, son protecteur. Puis dans un moment d’égarement, ce fut la station commune aux lignes 1 et 2 de la rue Maguelone dont la signalétique indique « Gares » au lieu de « Gare Saint-Roch ». Cela s’est poursuivi avec le baptême d’une rame Citadis 402 Alstom destinée à la ligne 1, sous le nom de « Ville de Cournonsec« , alors qu’une rame Citadis 401 Alstom de cette même ligne portait déjà le même nom. Pour l’anecdote, Cournonsec est la petite ville dont Jean-Pierre Moure est l’actuel maire.

C’est certainement après une promenade sur la commune de son ange gardien,  le long d’un champ de coquelicots, que Roger, tout inspiré, inscrit le même nom de baptême « Coquelicot »  sur deux rames Citadis 402 Alstom de la ligne 3. Si un responsable des Transports de l’agglomération de Montpellier (TaM) l’avait laissé faire, quatre rames de la ligne 3, les 2078, 2080, 2083 et 2089, se dénommeraient à ce jour « Coquelicot ». Pour une autre rame de la même ligne, Roger a tout de même réussi à apposer quatre fois « Asphosdèle » au lieu de « Asphodèle ».

Quand on l’interroge, Roger répond qu’il est fier de son travail. Dans le paysage de l’agglomération de Montpellier, ses œuvres manquées sont pour la plupart toujours visibles.

Copyright : Edouard Paris

Copyright : Edouard Paris

Autre exemple de cet artiste en herbe, à la station « EcoPôle », sur la ligne 3,  le voyageur a droit à deux signalétiques. Une bonne « EcoPôle »  au-dessus de chaque distributeur de titres de transport et une mauvaise « Eco Pôle », avec un espace, en deux exemplaires sous chaque abri au nombre de quatre.

Copyright : Edouard Paris

Copyright : Edouard Paris

Enfin, mais l’histoire n’est peut-être pas terminée, la rame 2047 Citadis 302 Alstom qui opère sur la ligne 4 « Circulade incomplète », a été malencontreusement baptisée par Roger « Eglise Saint Anne » au lieu de « Eglise Sainte Anne ».

Jean-Marc, fidèle lecteur en ligne de tramwaydemontpellier.net, dirait de Roger : « Ce n’est pas un saint âne mais un symptôme de Montpellier Agglomération ».

Terminons sur les paroles détournées  du refrain de la chanson à succès de Bénabar « L’Agneau » :

« C’est l’histoire de Jean-Pierre qui veut sortir sans Hélène, c’est l’histoire de Philippe en vois tu en voilà, c’est l’histoire de Patrick le dernier as de pique, c’est l’histoire de Christian,  qui, enfin bref, vous avez compris l’idée. »

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour 8 décembre 2012 – Tu me recopieras…

  1. Jean-Marc dit :

    Hélas! Vous avez parfaitement raison….Notre « Roger » est vraiment exceptionnel!

  2. Ping : 16 décembre 2012 – La rame 2062 Citadis 302 Alstom porte deux noms de baptême | Tramway de Montpellier

  3. Ping : 29 décembre 2012 – Le Père Noël a oublié la station « Astruc  | «Tramway de Montpellier

  4. Ping : 15 juin 2013 – La dernière de Roger ? | Tramway de Montpellier

  5. Ping : 13 octobre 2013 – La photo de la semaine écoulée | Tramway de Montpellier

  6. Ping : 26 août 2017 – Des panneaux de trop de part et d’autre du passage à niveau de la route de Sète à Sain-Jean-de-Védas et une faute d’orthographe qui subsiste | Tramway de Montpellier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.