17 juin 2022 – L’Espagnol CAF remporte l’appel d’offres portant sur 77 nouvelles rames de tramway lancé par Montpellier Méditerranée Métropole


Le mercredi 9 décembre 2020, Montpellier Méditerranée Métropole a donné le coup d’envoi d’un appel d’offres portant sur l’acquisition de 77 nouvelles rames de tramway, mais cet appel d’offres a été seulement officialisé au début du mois de février 2021, une semaine après que le constructeur français Alstom a absorbé la branche transport ferroviaire du Canadien Bombardier.

Selon le communiqué publié par Montpellier Méditerranée Métropole, ce vendredi 17 juin 2022, cet appel d’offres répond principalement aux besoins de la future Ligne 5 de tramway à horizon 2025 (22 rames) et de renouvellement des 30 rames Citadis 401 Alstom de la ligne 1 de tramway, qui comptabilisent seulement à ce jour 22 années de service. 17 rames couvriront la hausse de la fréquentation associée à la gratuité des transports rendue totale à l’ensemble des habitants de la métropole fin 2023, et 8 rames viendront en renfort pour augmenter les réserves lors des maintenances lourdes et garantir une très grande fiabilité du réseau.

La livraison des 77 rames s’échelonnera sur six ans à partir de 2024 à raison de deux unités par mois. Il y a lieu de remarquer qu’aucune nouvelle rame n’aura été réceptionnée au moment de la généralisation de la gratuité des transports sur le réseau TaM au seul bénéfice des habitants des 31 communes de la métropole montpelliéraine fin 2023.

2021 aura été le temps de l’analyse des offres formulées par les constructeurs d’un point de vue technique et financier. Au total, plus de 1 000 pages de mémoires techniques par offre ont été décryptées par l’ensemble des directions de TaM. Un travail conséquent, qui a fait l’objet de près de 400 questions techniques et administratives pour chaque candidat, a permis à chacun d’entre eux de déposer son offre définitive le lundi 21 février 2022.

À la suite d’une analyse rigoureuse des offres, les membres de la Commission d’appel d’offres de Montpellier Méditerranée Métropole se sont réunis le jeudi 16 juin 2022 pour désigner collégialement le constructeur des rames.

C’est le groupe espagnol CAF (Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles), qui dispose d’une unité d’assemblage en France, à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) en région Occitanie, qui a remporté la commande des 77 nouvelles rames de tramway montpelliéraines qui seront issues de la gamme Urbos. Montant du marché : 223 673 808,33 euros HT.

En France, seules les villes de Nantes (12 rames Urbos 3 cinq caisses), Besançon (19 rames Urbos 3 trois caisses) et Saint-Etienne (16 rames Urbos 3 cinq caisses à écartement métrique), sont équipées à ce jour de tramways CAF.

Info : Montpellier Méditerranée Métropole et Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour 17 juin 2022 – L’Espagnol CAF remporte l’appel d’offres portant sur 77 nouvelles rames de tramway lancé par Montpellier Méditerranée Métropole

  1. Miguel dit :

    Alors ça, c’est un scoop!
    Les voyageurs ne remarqueront peut-être rien: dans un tram CAF, ce n’est pas très différent d’un tram Alstom.
    Il serait intéressant de savoir quelle part de la valeur ajoutée est effectivement produite à l’ancienne usine Soulé de Bagnères-de-Bigorre, qui est très petite par rapport aux autres usines de CAF, majoritairement situées en Espagne (surtout Pays Basque et Aragon):
    https://www.caf.net/fr/compania/instalaciones.php?opt=plantas-de-fabricacion
    CAF a beaucoup de trams équipés de batteries et de supercondensateurs: le système est baptisé « Freedrive », pour parcourir des tronçons non électrifiés (comme au centre-ville de Saragosse), ou « Evodrive », pour améliorer la récupération d’énergie au freinage (également pour les métros). Sait-on s’il y aura ce genre d’équipement dans les rames pour Montpellier? Ça peut également être intéressant d’avoir quelques dizaines ou centaines de mètres d’autonomie, juste pour déplacer un tram en cas de rupture du fil aérien, par exemple au croisement des lignes devant la gare Montpellier-centre.
    https://www.caf.net/fr/soluciones/equipos-traccion-comunicacion/sistemas-almacenamiento-energia.php

  2. bustramgeneve dit :

    Est-ce que l’on sait quels constructeurs ont soumissionné ?

    • Bonjour Claude,
      On pourrait ne jamais le savoir, mais il est fort probable qu’Alstom a soumissionné.
      Dès le départ, Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de la métropole, avait déclaré que les nouvelles rames de tramway montpelliéraines seraient construites en France, Seules Alstom et CAF remplissaient cette condition.
      Le choix s’est porté sur la société CAF probablement parce qu’elle était la moins disante mais plus vraisemblablement parce que l’usine d’assemblage de Bagnères-de-Bigorre est située en région Occitanie, dont la présidente, Carole Delga, est la grande copine de Michaël Delafosse.
      Si les cadres supérieurs de TaM Montpellier 3M avaient bien suivi l’actualité, ils auraient dû réfléchir à deux fois avant de prendre leur décision. En effet, depuis quelques mois plusieurs réseaux équipés de rames Urbos 3 du constructeur CAF sont confrontés à des problèmes de fissures sur les chassis. A Sydney, que Montpellier Méditerranée Métropole cite parmi les villes dotées de rames CAF, ces dernières, qui opérent uniquement sur la ligne 1, sont arrêtées pendant 18 mois. A Birmingham (Angleterre), des fissures sont également apparues au mois de novembre 2021 et un retour des rames CAF n’est pas attendu avant le mois prochain. Même chose à Belgrade et à Newcastle (Australie). Plus proche de nous, les rames CAF de Besançon ont connu des problèmes de fissures.
      Cordialement
      Edouard Paris

      • bustramgeneve dit :

        Merci Édouard. En fait, je me demandais si Stadler avait soumissionné.
        Mais bon si on privilégie le made in France, cela ne risque pas d’arriver. D’ailleurs est-ce légal ? Ne doit-on pas choisir selon le prix, la qualité, etc… ?

      • Bonjour Claude,
        Si le lancement de l’appel d’offres a été annoncé le mercredi 9 décembre 2020 en grande pompe par Michaël Delafosse, c’est seulement le vendredi 5 février 2021 que l’avis officiel a été adressé à la publication par le directeur général de TaM Montpellier 3M, soit une semaine après qu’Alstom a absorbé la branche ferroviaire du canadien Bombardier.
        Les éventuels soumissionaires ont pris connaissance de cet avis et du dossier à partir du dimanche 7 février 2021.
        Fait surprenant, pour un appel d’offres international de cette envergure, les soumissionnaires n’ont disposé que d’un délai de 3 semaines et demi pour prendre connaissance du dossier et pour adresser leur dépôt de pli. Pour Lausanne, qui a lancé en septembre 2020 un appel d’offres international en vue de la commande de 14 à 18 rames (tranche ferme 10 rames, tranche conditionnelle 2 rames et tranche optionnelle 2 à 6 rames), les soumissionaires ont bénéficié d’un délai de vingt semaines entre le jour où l’avis a été publié et le jour de clôture pour le dépôt des offres. Ce délai a été prolongé par la suite de cinq semaines.
        Déclarer dès le départ que les nouvelles rames de tramway montpelliéraines seront construites en France et laisser seulement trois semaines et demi aux éventuels soumissionnaires pour se retourner, ne pouvait déboucher que sur un nombre très restreint de candidatures. On peut interpréter cela comme du protectionnisme made in France.
        Cordialement
        Edouard Paris

      • Miguel dit :

        @Bus-Tram Genève:
        En Europe, il est interdit de choisir un fournisseur parce qu’il vient de la région, ou même du pays. Et si la majorité des tramways en France viennent d’Alstom, en Allemagne de Siemens, et en Espagne de CAF, on est prié de croire que c’est juste que les fournisseurs locaux comprennent mieux les besoins et peuvent assurer un service de meilleure qualité avec des ateliers plus proches.
        Par contre, Stadler étant Suisse, il peut être discriminé sur la base de la préférence communautaire. C’est peut-être l’une des raisons qui expliquent que Stadler soit quasiment absent en France, à part le tramway spécial de la gare Lyon Part-Dieu à l’aéroport Lyon-Satolas.

      • Bonjour Miguel,
        Si je ne me trompe pas, Stadler Rail a la possibilité de soumissioner à des appels d’offres européens par le biais de sa filiale espagnole Stadler Valencia, depuis le 1er janvier 2016.
        Ainsi , à la suite d’un appel d’offres lancé par Azienda Trasporti Milanesi, la société publique des transports publics de Milan, Stadler s’est vue attribuer un marché portant sur la livraison de 80 rames du modèle Tramlink qui seront assemblées à Valencia.
        Cordialement
        Edouard Paris

  3. Louis Ferdinand dit :

    Oui il faudrait en savoir plus sur les montants des différentes propositions des constructeurs pour comprendre les tenants et aboutissants de ce choix. Depuis la loi SAPIN 2 du décembre 2016, dans un appel d’offres public, tout élu qui choisirait le plus disant peut-être soupçonné « d’arrangement » donc si c’est le moins disant qui a été choisi (CAF) c’est qu’il était le moins disant, le moins cher.
    Mais ce n’est pas aussi simple que le montant affiché au bas du contrat. Les tramways produits par les différents constructeurs européens ont atteint un standard technologique identique.
    Ce qui est important pour un réseau c’est la cohérence du parc car le changement de modèle entraine des surcoûts de fonctionnement. En vrac en voilà quelques uns : le stock des pièces détachées, la nouvelle documentation pour le fonctionnement et l’entretien, les machines-outils et l’outillage pour la maintenance sur site, la formation des personnels d’entretien et des conducteurs. Toutes ces dépenses seraient évitées en restant fidèle au constructeur historique dont les modèles de rames ont bien évolué.
    L’exemple est à prendre dans les compagnies aériennes : Ryanair, l’homogénéité de la flotte, un seul modèle d’avion : le Boeing 737. Ceci permet une seule maintenance, négociée avec une seule sous-traitance ainsi qu’une formation des pilotes et du personnel de cabine uniques, soit 7 membres du personnel par avion. Autre compagnie British Airways, 15 types d’avions se trouve ainsi avec plus de 30 personnes par avion. (Voir plus de renseignement sur Wikipédia).
    Quant à l’argument fabriqué à l’usine de Bagnères de Bigorre utilisé dans l’annonce, je préfère  » assemblé « . L’ex-usine Soulé n’est pas très grande et son planning chargé (rénovation métro et RER parisiens et métro de Lyon, Train Confort 2000 pour la SNCF, etc…) me semble bien plein pour pouvoir à elle seule livrer en 2024, 2 rames par mois.
    C’est beaucoup de dépenses alors que les recettes vont être quasi inexistantes avec la gratuité d’inspiration communiste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.