29 mars 2020 – Carnet de voyage : Saint-Pétersbourg (Russie)


A Saint-Pétersbourg, motrice double caisse 1116 modèle 71-152 (LVS-2005), numéro de série 16, sortie des ateliers PTMF en octobre 2008, photographiée passage Kuznechny alors qu’elle opère sur la ligne 25, le lundi 2 mars 2020. Copyright : Thierry Leleu

Saint-Pétersbourg (Санкт-Петербу́рг) sur la côte est du golfe de Finlande en mer Baltique, deuxième plus grande ville de Russie par sa population (5 281 579 habitants au recensement de 2017), a été rebaptisée Pétrograd (Петроград) de 1914 à 1924, puis Léningrad (Ленинград) de 1924 à 1991, avant de retrouver son nom d’origine à la suite d’un référendum en 1991. Jusqu’à la fin des années 80, elle disposait du plus grand réseau de tramways du monde avec 340 km de voies, jusqu’à 1 022 km de longueur additionnée des lignes et 2 200 tramways de plusieurs types tous produits par les ateliers de la Petersburg Tram Mechanical Factory (PTMF) qui ont fermé leurs portes en 2013.

Depuis la suppression de lignes dans l’hypercentre et en grande banlieue, le réseau de tramways de Saint-Pétersbourg a perdu de sa superbe. En 2020, c’est Melbourne en Australie qui possède le premier réseau de tramways au monde avec 245 km de voies. Exploité à ce jour par Gorelektrotrans, le réseau de tramways de Saint-Pétersbourg, à l’écartement de 1 524 mm, est équipé de 216 km de voies environ dont l’état est souvent épouvantable. Les tramways des 39 lignes du réseau actuel, répartis entre plusieurs dépôts (le premier chiffre de chaque véhicule indique le dépôt dont il dépend, ndlr), partagent le plus souvent la voirie avec une circulation automobile intense. Le manque d’investissements est criant et de nombreux tramways en service ne sont pas toujours en bon état. Cependant, l’avenir du réseau n’est pas si sombre que ça. La modernisation et la construction de nouvelles portions à double voie ferrée dans le cadre de partenariats publics privés est en cours. Un premier partenariat s’est déjà traduit par la mise en service de 14 km de double voie exploités au moyen de rames triple caisse articulées à plancher bas intégral Metelitsa dont les 23 exemplaires, commandés par le consortium Transportnaya Koncessionnaya Kompanyan (TKK), ont été construits à Minsk (Bielorussie) dans une unité du Suisse Stadler. Chaque nouvelle rame bidirectionnelle mesure 33,5 m de long et 2,5 m de largeur extérieure, offre une capacité de 66 places assises et de 256 places debout et peut rouler à une vitesse maximale de 75 km/h. De son côté, l’exploitant Gorelektrotrans a introduit sur des lignes de son réseau 32 rames triple caisse unidirectionnelles à plancher bas intégral 71-931M Vityaz-M du constructeur russe PK TS entre le vendredi 17 novembre 2017 et le vendredi 30 août 2019 et s’est lancé dans une longue campagne de rénovation des voies ferrées.

Info : Thierry Leleu et Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 29 mars 2020 – Carnet de voyage : Saint-Pétersbourg (Russie)

  1. Ping : 19 avril 2020 – Réseau « Chizhik  TKK dans le district de Krasnogvardeysky à Saint-Pétersbourg | «Tramway de Montpellier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.