13 janvier 2019 – Des Intercités desservent toujours la gare de Montpellier Sud de France, contrairement à ce que prétend Philippe Saurel


L’Intercités Marseille – Bordeaux n°4759, BB 22324 en tête, est photographié à la hauteur du Mas de Mariotte, commune de Lattes, sur le dernier kilomètre du contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier (CNM), le dimanche 13 janvier 2019. Copyright : Edouard Paris

Dans un entretien accordé au quotidien Midi Libre, mis en ligne le lundi 7 janvier 2019, Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole donne une drôle de réponse à l’interrogation suivante du journaliste :

M.L : « Il y a cette inquiétude du déplacement des TGV du centre-ville vers la gare Sud de France »

Ph. S : « La SNCF, si elle fait des gares, c’est pour y mettre des trains. Donc, elle va essayer d’équilibrer le nombre de trains. En revanche, à ma demande, aucun Intercités n’arrive à Sud de France. Ce qui fait que les usagers qui viennent de Marseille ou de Toulouse se retrouvent en centre-ville. »

Contrairement à ce que prétend Philippe Saurel, la gare de Montpellier Sud de France est toujours desservie par quatre Intercités quotidiens, deux Marseille – Bordeaux et deux Bordeaux – Marseille, qui marquent également l’arrêt en gare de Toulouse Matabiau.

Si ces quatre Intercités étaient réorientés vers la gare de Montpellier Saint-Roch, il ne resterait plus beaucoup de trains de voyageurs en gare de Montpellier Sud de France avant l’ouverture de la nouvelle gare de Nîmes Pont-du-Gard en décembre 2019 ou au début du mois de juillet 2020.

Mis à part Philippe Saurel, l’entrée en service de la gare excentrée de Nîmes inquiète des élus montpelliérains de tout bord. A l’initiative de deux élus de tendance divergente, une pétition a été lancée sur internet sous le titre « Sauvons les TGV en gare Saint-Roch » afin que la SNCF renonce à ces projets de suppression de TGV en gare de Montpellier Saint-Roch et de transfert de ces mêmes TGV au départ ou à l’arrivée de la gare de Montpellier Sud de France. Parmi les signataires, des élus qui ne se sont jamais opposés à la construction de la gare de Montpellier Sud de France, bien au contraire.

Philippe Saurel n’a pas encore réussi à ne plus faire passer des Intercités à la gare de Montpellier Sud de France, mais la SNCF a quand même accepté de faire une entorse au modèle économique de sa filiale Ouigo, à la demande de l’édile montpellierain, en instaurant un battement de 2 h 17 mn entre l’arrivée du Ouigo de 12h32, en provenance de Tourcoing, et son départ à 14h49 pour Marne-la-Vallée, en gare de Montpellier Sud de France, cette dernière étant dans l’incapacité d’absorber deux mille voyageurs en moins d’une heure du fait du sous-dimensionnement des infrastructures routières permettant son accès et de transports publics peu adaptés, comme tout un chacun a pu le constater entre le samedi 7 juillet et le samedi 8 décembre 2018, avec une arrivée du Ouigo à 15h25 et son départ à 16h15, en provenance et à destination de l’aéroport de Paris Roissy Charles-de-Gaulle.

A propos du Ouigo actuel , le voyageur qui vient de la métropole lilloise n’a pas la possibilité de reprendre un Ouigo direct depuis Montpellier pour retourner chez lui, de même un voyageur, qui atterrit à l’aéroport de Paris Roissy Charles-de-Gaulle, peut effectivement rejoindre Montpellier Sud de France à bord de ce Ouigo mais n’a plus la faculté de se rendre directement à ce même aéroport pour décoller vers des destinations plus ou moins lointaines. Résultat des courses, le billet aller-retour du voyageur nordiste ou du globe trotter coûte plus cher puisqu’il n’est pas en mesure de faire son trajet retour de bout en bout (Tourcoing ou Aéroport Charles de Gaulle) à bord du seul Ouigo quotidien quittant la gare de Montpellier Sud de France. Pour rappel, la gare de Montpellier Saint-Roch n’est plus desservie par un Ouigo quotidien depuis le dimanche 9 décembre 2018 et ce jusqu’au lundi 20 mai 2019 inclus.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 13 janvier 2019 – Des Intercités desservent toujours la gare de Montpellier Sud de France, contrairement à ce que prétend Philippe Saurel

  1. Arnaud dit :

    Je pense que le passager qui transite à Roissy pour se rendre à Montpellier peut tout bêtement continuer son voyage par avion, ce qui est la solution la plus rationnelle et la moins onéreuse puisque le prix du billet inclut le trajet aérien Paris-Montpellier.

    • Bonjour,

      Effectivement le pré-acheminement Montpellier – CDG ou le post-acheminement CDG – Montpellier peut être interessant à condition de prendre une correspondance sur une des 19 compagnies aériennes faisant partie du réseau Skyteam, dont Air France est membre. La plateforme de Roissy est desservie à ce jour par 94 compagnies aériennes régulières et selon celle retenue pour votre voyage à destination ou en provenance de contrées plus ou moins lointaines un pré-acheminement aérien MPL – CDG ou un post-acheminement CDG – MPL ne sera pas toujours la solution la moins onéreuse.

      Cordialement

      Edouard Paris

  2. Ping : 9 mars 2019 – Gare de Montpellier Sud de France, le foutoir à grande échelle pointera son nez au mois de décembre 2019 | Tramway de Montpellier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.