12 décembre 2021 – Ligne B du métro de Lyon : première soudure de rail sur le prolongement sud et difficultés de passage à l’automatisation complète sur l’existant


La ligne B de métro semi-automatique de Lyon, dont le premier tronçon a été ouvert le mardi 2 mai 1978, relie à ce jour la station « Charpennes – Charles Hernu » à Villeurbanne à la station « Gare d’Oullins » située à 7,7 km au sud.

Dans le cadre des travaux du prolongement de 2,5 km de la ligne B entre la station « Gare d’Oullins » et le futur terminus « Saint-Genis-Laval Hôpitaux Sud », la première soudure de rail officielle a été organisée dans la future station « Oullins Centre », le mercredi 8 décembre 2021, premier jour de la Fête des Lumières à Lyon.

1 600 soudures sont prévues et 1 500 tonnes de rails devraient être posées sur cette extension de la ligne B.

Outre l’aménagement des deux nouvelles stations, « Oullins Centre » et « Saint-Genis-Laval Hôpitaux Sud », la suite des travaux comprendra également le réglage des voies, le montage des 4 appareils de voie, la pose des pistes de roulement et des barres de guidage puis, à l’automne 2022, les travaux de raccordement aux voies déjà en service.

Les essais système et la marche à blanc sur le prolongement sont programmés entre mars 2023 et la mise en service commercial prévue pour la fin de l’année 2023 à la condition toutefois que les problèmes rencontrés dans la mise au point de l’automatisation complète de l’existant soient totalement résolus d’ici là.

En effet, le basculement vers une automatisation totale de la ligne B entre « Charpennes – Charles Hernu » et « Gare d’Oullins » aurait dû être opérationnel au printemps 2020 avec l’introduction progressive des nouvelles rames MPL 16 Alstom sans conducteur, dont le premier exemplaire a été livré aux TCL au printemps 2019. Sauf que rien ne s’est passé comme prévu, la conversion d’une semi-automatisation vers une automatisation totale s’avérant nettement plus complexe que le SYTRAL (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) ne l’imaginait le mardi 31 janvier 2017, quand il a signé le contrat d’un montant de 91 millions d’euros avec Alstom pour la fourniture des nouveaux automatismes des lignes B et D du métro de Lyon, la première mise en service automatique de la ligne B étant alors prévue fin 2019 et le basculement vers les nouveaux automatismes de la ligne D mi-2023.

C’est seulement le samedi 6 novembre 2021 que le réseau TCL et son exploitant Keolis ont effectué pour la première fois des tests en condition réelle, sans voyageurs, toute la journée sur la ligne B pour endurer les systèmes.

Les essais se poursuivent de nuit mais Alstom peine encore à ce jour à communiquer au SYTRAL une date prévisionnelle de la mise en service de l’automatisation totale de la ligne B, un peu comme ce qui se passe avec Siemens à Rennes où l’ouverture de la ligne b de métro automatique se fait désormais cruellement attendre.

Info : Yvon Brument et Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.