20 février 2020 – Dans son programme, Philippe Saurel, candidat à sa succession, propose une modification du tracé de la ligne 1 et la création d’une ligne 6 intergares


Plan publié par la Gazette de Montpellier en page 28 du numéro 1653 du 20 au 26 février 2020 où sont portées en bleu élargi la nouvelle section de ligne 1 entre la place du Père-Louis et le rond-point du Zénith et en rouge-orangé le projet du tracé d’une nouvelle ligne 6 de tramway intergares, le tout figurant dans le programme du candidat aux élections municipales de mars 2020 à Montpellier, Philippe Saurel

Dans son numéro 1653 daté du 20 au 25 février 2020, la Gazette de Montpellier publie un plan du réseau de tramways de Montpellier où il est question de la modification du tracé de la ligne 1 vers l’est et de la création d’une ligne 6 de tramway intergares, le tout figurant dans le programme de Philippe Saurel, actuel maire de la ville de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, qui vient de se lancer dans la course des élections municipales des dimanches 15 et 22 mars 2020 afin de briguer un second ou deuxième mandat.

La ligne 1 conserverait son tracé actuel du terminus « Mosson » jusqu’à la hauteur de la médiathèque Emile-Zola, boulevard de l’Aéroport International à Montpellier. De là, la ligne 1 tirerait tout droit vers l’est en traversant de part en part la place du Père-Louis, où une station devrait être réalisée, franchirait le Lez sur le pont Raymond-Chauliac et poursuivrait sa route sur l’avenue Pierre-Mendès-France, une des artères routières les plus embouteillées de la ville aux heures de pointe, jusqu’au rond-point du Zénith où seraient implantés tout à côté le nouveau terminus de cette ligne 1, un grand parking relais et un nouveau dépôt de tramways qui devrait remplacer l’actuel dépôt des trams « Les Hirondelles », quartier Mosson, selon la Gazette, alors que sur un forum il serait plutôt envisagé de supprimer l’actuel dépôt « La jeune Parque ». Selon Philippe Saurel, le coût de construction de cette nouvelle section de ligne 1 devrait être raisonnable car il n’y a pas de terrain à acheter, ni d’ouvrage d’art à réaliser.

Quant à la ligne 6 de tramway projetée, dont le tracé figure en rouge-orangé sur le plan qui illustre la présente info, elle relierait dans les deux sens la gare de Montpellier Saint-Roch à celle de Montpellier Sud de France en empruntant le tronc commun des lignes 1 et 3 rue Jules-Ferry, puis les voies de la ligne 3 entre la rue du Pont-de-Latte et la station « Rives-du-Lez », le tronc commun de l’actuelle ligne 1 et des lignes 3 et 4 jusqu’à la station « Moularès (Hôtel de Ville) », le tronc commun de l’actuelle ligne 1 et de la ligne 3 entre le pont Jean-Zuccarelli et le rond-point Ernest-Granier, ensuite les voies de l’actuelle ligne 1 jusqu’à Odysseum avant de poursuivre jusqu’à la gare de Montpellier Sud de France sur le prolongement de 1,3 km à réaliser prévu à l’origine pour l’actuelle ligne 1. Avec cette nouvelle ligne 6, le temps de trajet entre les halls voyageurs des deux gares serait ramené à 30 minutes contre 40 minutes minimum actuellement par l’actuelle ligne 1 et la navette bus « Gare Montpellier Sud de France » partant et arrivant à « Place de France » dans le quartier Odysseum.

Concernant la desserte de la gare de Montpellier Sud de France, dont les parkings ne sont pas aussi pleins que la photo publiée par un média local le laisse penser, chaque candidat(e) déclaré(e) avance sa propre solution parmi lesquelles : un téléphérique intergares, une ligne de bus directe intergares, etc.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, Ligne 1, Voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour 20 février 2020 – Dans son programme, Philippe Saurel, candidat à sa succession, propose une modification du tracé de la ligne 1 et la création d’une ligne 6 intergares

  1. Michel Bozzola dit :

    Sacré Saurel,
    Il a passé 6 ans à dégommer ses adjoints, à créer des conflits de personnes, sans mener à bien la réalisation du moindre cm d’une nouvelle ligne de tramway (je ne compte pas le bouclage de la L4 qui s’inscrit dans le bilan de Jean-Pierre Moure précédent président de l’agglomération), sans se donner les moyens de concrétiser la fin de la concertation pour éviter au fur et à mesure que l’on se rapprochait de la fin de son mandat l’émergence de nouvelles propositions ubuesques et demandes plus ou moins teintés d’arrières pensées politiques.
    La DUP de la L5 étant signée il aurait pu faire quelques « modifications cosmétiques » pour que le projet ne soit pas ressenti comme celui de son prédécesseur. Il n’a pas remis en cause le coût de réalisation et surtout il n’a pas compris que cette L5, outre son coût astronomique, présente les mêmes défauts que les autres lignes. En effet avec ses terminus à Clapiers et à l’entrée de Lavérune, dans des culs de sac qui ne permettent pas des extensions ultérieures faciles vers le périurbain : Prades-le-Lez au nord et Montbazin à l’ouest. Pour rappel la L2, terminus sans issue à Jacou contre l’école et à Saint-Jean-de-Védas en buté de la RN.
    Donc en 6 ans, pas de desserte L1 vers la gare Sud de France, pas de prolongement de la L3 d’Etang de l’Or vers la mer, pas de prolongement de la L3 Juvignac vers l’A750 à Labournas pour la réalisation d’un parking d’échange, bien sûr pas de prolongement de la L2 au delà de Saint-Jean-de-Védas à l’ouest et encore moins à l’est vers Castries.
    Qui peut encore croire qu’il va réaliser dans un hypothétique mandat supplémentaire ce qu’il n’a pas voulue faire entre 2014 et 2020 ?
    En fait, en considérant le réseau tramways-bus, il faut renouveler tous les responsables gestionnaires, les élus actuels, le délégataire de la gestion de la TaM et surtout les bureaux d’études qui n’ont pas encore compris que la population de la Métropole n’était pas aussi riche que cela et qu’il faut élaborer des projets moins coûteux. Et c’est possible : en 2017 le coût de l’extension de la ligne 3 des tramways de Bâle jusqu’à la gare SNCF de Saint-Louis s’est élevé à 84 millions au lieu des 94 millions estimés au moment de l’étude du projet.

  2. Miguel dit :

    Je ne vais pas passer trop de temps à commenter ce que dit Saurel, vu qu’il n’y a jamais de lien entre ce qu’il dit et ce qu’il fait: il y a 6 ans, il allait arrêter la gare de la Mogère, stopper le projet Oz, modifier le tracé de la L5, or au final il est devenu le militant principal de la Mogère, il a rebaptisé Oz en Cambacéres, et il a réussi à ne faire approuver aucun nouveau tracé pour la L5 (celui qui éventre le parc Montcalm reste donc le seul qui existe et qui est approuvé (DPU)).

    On peut juste signaler qu’avec ce projet:
    – on dépenserait « un pognon de dingue » pour construire une ligne de tram presque parallèle à la L1
    – la fréquence entre les 2 gares diminuerait
    – la manière dont les rames feraient demi-tour à la gare centrale est un grand mystère. À moins qu’il ne prévoit de détruire l’un des immeubles en court de construction sur l’ancienne gare de marchandises pour y créer une voie de garage, le changement de sens à la gare centrale ne peut se faire que sans régulation (le tram repart dès qu’il arrive) et en encombrant d’autres lignes de tram (probablement les lignes 2 et 4).

    • Bonsoir Miguel,

      Du côté de la gare Saint-Roch, les rames arrivant de Sud de France desserviraient le quai commun aux lignes 1 et 2 rue Maguelone, côté temple protestant, pour la descente des voyageurs, puis emprunteraient une nouvelle voie unique passant par la rue Pagézy au nord du square Planchon avant de s’arrêter le long du quai commun aux lignes 3 et 4 rue de la République côté commerces, pour la montée des voyageurs et de repartir vers la gare de Montpellier Sud de France. Il faudrait alors décaler de quelques mètres les quais de la station « Gare Saint-Roch » de la rue de la République pour que les rames puissent tourner à gauche et afin que le bas de caisse ne frotte pas contre le bout du quai actuel. On créerait ainsi une boucle sur une partie de laquelle (la rue Pagézy) il serait possible de stationner à vide quelques minutes sans gêner l’évolution des rames des 4 autres lignes. Quelques mètres carrés du square Planchon seraient bien évidemment sacrifiés.
      Cordialement
      Edouard Paris

  3. L’angle de virage est inférieur à 90•C au nord du square Planchon, cela me parait impossible à réaliser sauf à détruire entièrement le square Planchon. Pourquoi pas, car ce square n’est qu’un repère de dealers…

    • Miguel dit :

      Ça ferait en tous cas bouffer le monument à la gloire de Jules Émile Planchon, inventeur de la greffe sur pieds de vigne américaine qui a permis à la viticulture française de survivre à l’arrivée du phylloxéra. Ainsi que les jeux pour enfants.
      Et puis créer des aiguillages pile au niveau des différentes stations de tramway.
      Mais je ne suis pas du tout d’accord avec vous sur le square Planchon, qui est superbe et très agréable quand on sort de la gare centrale. Des sans-abris y vont, tant mieux pour eux, et s’il y a quelque chose à supprimer, c’est que des gens se retrouvent à la rue, et non pas que les sans-abris aient accès à un lieu agréable.

Répondre à Miguel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.