25 mars 2017 – La ligne 5 de tramway de Montpellier, ce n’est pas pour tout de suite


A l’occasion d’une conférence de presse sur la ligne 5 de tramway, qui s’est tenue le vendredi 24 mars 2017, Philippe Saurel, maire de la ville de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, semble découvrir que la réalisation d’une ligne de tramway nécessite des expropriations à faire.

Tout donne l’impression qu’il n’a jamais pris connaissance de l’arrêté n°2013-1-1656 du 28 août 2013 déclarant d’utilité publique le projet de la création du tronçon Lavérune/Clapiers de la ligne 5 de tramway par la Communauté d’Agglomération de Montpellier (devenue Montpellier Méditerranée Métropole au 1er janvier 2015, note du webmestre), dans lequel il est bien précisé, en page 10, que pour le tronçon en question les acquisitions foncières et libérations d’emprise sont estimées à 17,95 M€ (valeur avril 2009).

Le coût de la réalisation de la partie nord de la ligne 5, d’une longueur de 3 km, entre la colonne Saint-Eloi à Montpellier et le giratoire de Giral sur la commune de Clapiers, avoisinerait les 100 M€, soit un montant équivalent à celui gaspillé pour la construction de la section propre à la ligne 4 de tramway entre l’avenue de Maurin (bifurcation de la rue des Payroliers) et la station « Georges Frêche – Hôtel de Ville », via l’avenue des Prés-d’Arènes et la rue de Saint-Hilaire, sur laquelle les rames Citadis 302 Alstom ne transportent pas grand monde depuis sa mise en service le samedi 7 avril 2012, le bouclage de cette même ligne 4 au tout début du mois de juillet 2016 n’ayant rien apporté en termes de fréquentation.

Par purs calculs électoralistes, le début des travaux de la portion nord de la ligne 5 interviendrait avant mars 2020, mois de la fin du mandat de l’édile aux multiples casquettes.

Quant à la partie ouest de cette même ligne 5, Philippe Saurel promet des réunions de concertation pour la modification de la déclaration d’utilité publique liée à l’EAI et au respect du parc Montcalm sur la commune de Montpellier, avant la fin de l’année 2017.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Ligne 4, Ligne 5, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 25 mars 2017 – La ligne 5 de tramway de Montpellier, ce n’est pas pour tout de suite

  1. Miguel dit :

    Il ne faut pas juger Saurel sur ses déclarations (puisqu’il dit n’importe quoi), mais sur ses actes.
    Quand un politicien dit « je le ferai dans mon prochain mandat », ça signifie « je ne vais pas le faire ». Un peu comme quand un chercheur dit « dans 30 ans, ce sera possible (par exemple de détruire les déchets nucléaires) ».
    Il y a d’autres arguments qui permettent de penser cela:
    1) objectivement, la ligne n°5 sera moins avancée à la fin du mandat de Saurel qu’à la fin du mandat de Moure: Moure avait obtenu la DUP et était prêt à lancer les travaux, Saurel n’a plus qu’une DUP valable jusqu’en 2018 et dont il dit ne vouloir utiliser qu’une partie (le début du tronçon nord)
    2) les problèmes financiers invoqués pour la ligne n°5 ne semblent pas concerner les projets auxquels Saurel tient réellement: les innombrables rocades autoroutières, et tout le secteur de la gare de la Mogère (autour de la gare TGV elle-même, tout l’aménagement est presque exclusivement à la charge des contribuables de la Métropole): extension du tramway n°1, bassins de rétention, multiples ponts, stade de foot, cadeaux en compensation de l’installation de Sup de Co par la CCI, installations de chauffage et de climatisation du secteur, échangeurs autoroutiers à construire,…
    3) dans les réunions publiques, Saurel parle de transformer le tramway n°5 en « bus en haut niveau de service », c’est-à-dire en autobus circulant sur un couloir de bus et ayant une fréquence relativement élevée. Ce qui revient à bouleverser complètement le projet, et à repartir de zéro pour les études préalables. La DUP non plus n’est certainement pas valable pour un couloir de bus en site propre, puisqu’elle vise explicitement une ligne de tramway. L’étude d’impact faite pour le tramway n’est a priori pas valable pour un couloir de bus, et surtout l’autorisation d’expropriation accordé en vertu de l’utilité publique de la ligne de tramway ne peut s’appliquer que s’il est effectivement question de construire la ligne de tramway et non un couloir de bus.

    • Mat dit :

      Bonjour Miguel,
      Il me semblait que le BHNS était évoqué pour le tronçon Clapiers – Prades seulement, par pour l’intégralité de la ligne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s