22 décembre 2012 – Ligne 5 : Montpellier devrait s’inspirer de Toulouse


On peut toujours apprendre en regardant ce qui se fait ailleurs.

Ce n’est pas dans l’idée des décideurs, élus et techniciens d’ici, qui se prennent trop souvent pour le nombril du monde, voire de l’univers.

Montpellier devrait s’inspirer de ce qui se déroule actuellement à Toulouse, quand les travaux de construction de la future ligne 5 atteindront la phase de la pose des voies.

Sur le « Tram  Garonne« , une extension de la ligne de tramway T1 (Aérocostellation/Arènes), dont la mise en service est programmée pour le printemps 2014, la pose des voies est réalisée, suivant les secteurs, selon la méthode manuelle ou selon la méthode automatisée Appitrack®, un concept développé par la société Alstom.

Un article mis en ligne par ladepeche.fr le 6 décembre 2012 présente les avantages de cette nouvelle façon de poser les voies, déjà expérimentée en France à Reims et à Orléans (2ème ligne) où quatre cent trois mètres de voies ont été déroulés en une seule journée.

Copyright : Louis Ferdinand

Copyright : Louis Ferdinand

Sur le chantier « Tram Garonne », des panneaux expliquent les grands principes de la méthode automatisée et ceux de la méthode manuelle.

Méthode automatisée Appitrack : La première machine (Slipform) va réaliser la plateforme en coulant une dalle de béton à raison de plusieurs dizaines de mètres par jour. La deuxième machine (Appitrack) va poser les supports des rails, appelés selles, grâce à un systême de géolocalisation d’une grande précision. Il faut ensuite fixer les rails sur les supports et les souder entre eux. Pour finir, le revêtement de finition sera réalisé en gazon ou en béton selon les configurations.

Méthode manuelle : Sur le béton de fondation réalisé après terrassement, on vient prépositionner les rails grâce à des gabarits qui garantissent leur écartement. Sous les rails maintenus en l’air, on vient placer les fixations (ou selles). L’étape suivante consiste à réaliser la plateforme en noyant les selles dans une dalle de béton d’une épaisseur d’environ 25cm. On vient ensuite souder les rails entre eux, puis poser le revêtement de surface (gazon ou béton selon les configurations).

Copyright : Louis Ferdinand

Copyright : Louis Ferdinand

A noter que sur le chantier toulousain le casque de protection est de rigueur, contrairement à Montpellier, sur le boulevard du Jeu-de-Paume, où le je-m’en-foutisme, en matière de sécurité des personnes, règne en maître.

Info : Louis Ferdinand

Cet article, publié dans Fourre tout, Ligne 5, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 22 décembre 2012 – Ligne 5 : Montpellier devrait s’inspirer de Toulouse

  1. Tibo34 dit :

    Originaire de Montpellier, je me suis installé à Toulouse quasi en même temps que le démarrage des travaux du tram Garonne et j’habite d’ailleurs à proximité de ces dits travaux. Il est vrai que si les travaux de déviation de réseaux ont été particulièrement longs, depuis 1 mois, la pose des voies avance de manière assez impressionnante avec l’Appitrack.
    Je tiens en revanche à tempérer vos propos sur le « c’est toujours mieux ailleurs qu’à Montpellier », propos qui reviennent assez régulièrement dans vos billets que je suis régulièrement.
    Tout n’est pas si rose à Toulouse malgré l’expression! Même si l’avancée des travaux se fait enfin concrètement sentir, les riverains et les commerçants en payent ici également le prix fort: circulation anarchique, bouchons monstres, itinéraires de déviation et d’évitement fantômes, avenues desertées par les piétons qui n’ont même plus un bout de trottoir pour entrer chez leur boulanger, rideaux baissés à tour de bras… sur le tracé du tram, on fait grise mine… Pour vous faire une idée, je vous invite à faire une recherche d’images sur un moteur de recherche pour « avenue de muret travaux ». Les résultats reflètent de manière édifiante ce que nous subissons réellement ici.
    Bien cordialement, bonnes fêtes de fin d’années et bonne continuation pour ce site.

    • Pour compléter le reportage sur le chantier « Tram Garonne », à la différence de Montpellier où les riverains de l’avenue de Lodève, entre le Plan Cabanes et le Lycée Jules Guesde sont restés privés de long mois de transports en commun, Toulouse a mis en place une Navette chantier qui permet aux riverains du chantier « Tram Garonne » de se rendre à la station de métro Saint-Cyprien-République de la ligne A et d’en revenir.

  2. Eric dit :

    Bonjour,
    Peut-être pour la pose des rails Montpellier pourraiT s’inspirer de Toulouse, mais uniquement pour ça alors. Et avant de construire sa ligne, Toulouse aurait bien fait de s’inspirer un peu de Montpellier (ou d’autres villes).
    A Montpellier, il n’y a quasiment pas de voie partagée entre tram et voiture. A Toulouse, il y en a énormément, notamment à Blagnac, et prochainement sur l’avenue de Muret. Sur ces voies la vitesse est très limitée et le tramway se trouve régulièrement pris dans le trafic. C’est complètement aberrant. A Toulouse, il y a aussi beaucoup de virages avec des rayons de courbure relativement faibles, ce qui ralentit aussi la vitesse d’exploitation.
    En fait ni Toulouse ni Montpellier ne semble observer se qui se fait ailleurs pour construire leur réseau et c’est bien dommage.
    Eric.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s