1er avril 2022 – La ristourne de 18 centimes d’euro sur le litre de carburant appliquée par la station-service Eni située au 544 rue Paul-Rimbaud à Montpellier


La ristourne de 18 centimes d’euro sur le litre de carburant, promise par l’Etat pour ce vendredi 1er avril 2022, a bien été appliquée par la station-service Eni située au 544 rue Paul Rimbaud à Montpellier.

Ainsi que le montre la photo ci-dessus, le prix au litre des trois principaux carburants, gazole, essence SP95-E10 et essence SP98, est repassé sous la barre symbolique des 2 €, à comparer avec le prix au litre de ces mêmes carburants affiché la veille, jeudi 31 mars 2022 (photo ci-dessous).

Sur un an le prix au litre du gazole a augmenté de 33,58 % (1,949 € ce vendredi contre 1,459 € le vendredi 2 avril 2021), celui de l’essence SP95-E10 de 18,72 % (1,839 € ce vendredi contre 1,549 € le vendredi 2 avril 2021) et celui de l’essence SP98 de 17,59 % (1,949 € ce vendredi contre 1,649 € le vendredi 2 avril 2021).

La remise de 18 centimes d’euro accordée par l’Etat, tant aux professionels qu’aux particuliers, demeurera en vigueur jusqu’au dimanche 31 juillet 2022.

Tant que le Russe Vladimir Poutine n’aura pas lâcher l’os ukrainien, les cours du pétrole continueront à jouer aux montagnes russes.

A propos de la Russie, et ce n’est pas un premier avril, selon une info mise en ligne par La Gazette de Montpellier, le jeudi 31 mars 2022, dans un courrier, envoyé le lundi 28 mars 2022, la Ville de Montpellier demande à ses partenaires financiers de préciser « leurs engagements présents et futurs en Russie« .

« Je vous sollicite pour connaître les intérêts financiers et activités de votre groupe en Russie, et s’ils existent ce que pourrait être leur devenir« , peut-on lire dans la lettre que Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de la Métropole, a adressée à une quinzaine de banques, parmi lesquelles la Société Générale, BNP Paribas, le Crédit Mutuel, Dexia Crédit Local ou encore la Banque Européenne d’Investissement (BEI).

A partir de leur retour, la Ville pourra « juger » de ses liens avec ces banques. « Nous nous réservons, dans le strict respect des contrats qui nous lient, le droit d’initier un reflux total ou partiel de la commande publique lorsque certains groupes privilégieront leurs intérêts financiers à court terme à la paix en Europe« , explique le maire et président de la Métropole dans ce courrier.

Alors que la Métropole a un besoin urgent d’emprunter plusieurs centaines de millions d’euros pour financer notamment la construction de la ligne 5 de tramway, le prolongement de la ligne 1 de tramway, la commande de 77 nouvelles rames, l’entretien du réseau de tramways, la construction d’un nouveau centre d’exploitation et de maintenance bus et tramway à Grammont, la création de cinq lignes de BusTram et l’achat des 60 bus qui y seront affectés, était-il opportun d’importuner les établissements financiers destinataires de la lettre, qui pour toute réponse, s’il y a, invoqueront le secret bancaire ?

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.