3 janvier 2022 – Mode d’emploi destiné aux titulaires d’un Pass gratuité dématérialisé pour sortir d’un parking P+tram TaM Montpellier 3M


A compter de ce lundi 3 janvier 2022, les titulaires d’un Pass gratuité dématérialisé rattaché à l’application M’Ticket TaM téléchargée sur leur smarphone Android ou iPhone peuvent stationner gratuitement dans les 9 parkings P+tram TaM Montpellier 3M, les sept jours de la semaine en ce qui concerne les moins de 18 ans, qui roulent en voiturettes, et les 65 ans et plus et les samedis et dimanches pour ce qui est des personnes âgées de 18 à 64 ans.

A l’entrée du parking, l’automobiliste concerné(e) doit prendre un ticket délivré par la borne et le conserver.

Une fois la barrière levée, l’automobiliste stationne sa voiture.

Afin de pouvoir sortir gratuitement du parking, l’automobiliste titulaire du Pass gratuité dématérialisé est censé(e) prendre un tramway ou un bus.

Avant de monter à bord du tramway ou du bus, l’automobiliste doit activer son Pass gratuité dématérialisé dont la durée de validité est d’une heure. L’opération d’activation du Pass gratuité doit être renouvelée au bout de 60 minutes si la durée du trajet en tram et/ou bus est supérieure à une heure. Sur le chemin du retour, même topo, le Pass gratuité doit être réactivé.

De retour au parking P+tram, l’automobiliste reprend sa voiture. Arrivé(e) à la hauteur de la borne de sortie, il ou elle insère le ticket dans la fente prévue à cet effet et doit passer ensuite son smartphone Android ou iPhone à quelques centimètres de la borne à la hauteur du pictogramme bluetooth non sans avoir préalablement activé la fonction bluetooth du smartphone s’il y a lieu, ouvert l’application M’Ticket Tam et appuyé sur le bouton P+tram qui affichera le pictogramme idoine.

Si tout se déroule bien, la barrière de sortie du parking P+tram se lévera.

En cas de bug, l’automobiliste sera contraint(e) de payer le stationnement selon les tarifs en vigueur depuis le dimanche 2 janvier 2022, des tarifs qui, soit dit en passant, ont augmenté fortement en ce début de nouvelle année dans les 9 parkings P+tram.

Pour éviter tout désagrément, il est préférable de détenir son Pass gratuité sur la carte à puce TaM Montpellier 3M au format carte de crédit, d’autant plus que ce support est nettement plus pratique à utiliser.

Le Pass gratuité étant personnel, selon le nombre de personnes à bord du véhicule, notamment si certaines d’entre elles voyagent occasionnellement sur le réseau TaM Montpellier 3M et ne sont pas en possession d’un Pass gratuité, il peut être préférable d’opter pour le forfait P+tram à 3,70 € (pour les titulaires du Pass Métropole) ou à 5,20 € (pour les non titulaires du Pass Métropole) à acheter aux caisses automatiques avant de monter à bord d’un tram ou d’un bus. Un forfait qu’il y a lieu de valider tant à l’aller qu’au retour en tram ou en bus et qui permet aux occupants du même véhicule de voyager ensemble à un tarif convenable.

Info : Rémi Bou et Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour 3 janvier 2022 – Mode d’emploi destiné aux titulaires d’un Pass gratuité dématérialisé pour sortir d’un parking P+tram TaM Montpellier 3M

  1. Eric dit :

    Bonjour,
    Merci pour les précisions, article bien plus complet que la procédure donnée par la TAM. (Et confirmation qu’il n’y avait pas besoin de changer les bornes pour y installer des lecteurs de QR code 😉 )
    Ceci dit je partage votre avis sur la préférence de la carte, bien plus pratique aussi bien pour le pass gratuité que pour les velomagg. En plus vu la fiabilité de l’appli… Qui plus est la carte est gratuite avec le pass, c’est dommage de s’en passer.

    • Bonjour Eric,
      Avec le Pass gratuité dématérialisé qui donne désormais accès gratuitement aux 9 parkings P+tram, le scénario suivant peut se présenter :
      un titulaire de Pass gratuité qui a l’intention de se rendre à la polyclinique Saint-Roch ou à la clinique Saint-Jean Sud de France pour une consultation ou pour visiter un malade a tout intérêt à stationner son véchicule dans le P+tram le plus proche de l’établissement de santé et d’en sortir gratuitement sans être monté à bord d’un bus ou d’un tram dans la mesure où il peut activer son Pass gratuité à tout instant et de ce fait simuler un voyage qu’il n’effectura pas en réalité sachant qu’il n’existe à ce jour aucune interaction entre son smartphone et les valideurs dont sont équipés les bus et les rames de tramway.
      Cordialement
      Edouard Paris

      • Eric dit :

        C’est vrai, ceci dit si on est un peu vicieux, même s’il y avait interaction, ou même avec la carte, c’est facile d’attendre un tram et de valider sa carte à bord, sans même y monter, voir même valider sur le quai pour les stations équipées. Par définition il y a toujours un arrêt de tram à proximité immédiate d’un P+tram. Je pense que le manque à gagner de cette situation ne justifie pas le renouvellement intégral du système de billétique de la TaM.
        Le manque le plus gênant à mon avis pour l’exploitant avec M’ticket (bien que ça n’ai pas l’air de les déranger) c’est le point que vous avez souvent évoqué, à savoir le fait de ne pas connaître la ligne empruntée par l’utilisateur. Mais cela pourrait être résolu simplement. Je vois au moins 2 solutions. : la première serait tout simplement de le demander à l’utilisateur lorsqu’il valide son titre, mais pas forcément très fiable ni très pratique, La seconde, apposer un QR code (en plusieurs points évidemment) dans chaque rame/bus contenant un identifiant du tram/bus, à flasher avec M’ticket pour valider son trajet. La TaM devant a priori connaître à tout instant à quelle ligne est affecté chaque véhicule, le lien serait vite fais. Quelques centaines de QR code à imprimer et un peu de logiciel, contre le renouvellement complet des valideurs, le coût est incomparable.
        Et, autre option, si ça se trouve les valideurs actuels sont déjà compatibles bluetooth et/ou NFC, qu’il suffirait d’activer et d’utiliser.

      • Bonjour Eric,
        Les nouvelles modalités d’accès aux neuf parkings P+tram ne simplifient pas la vie des abonnés payants, ceux titulaires d’un abonnement mensuel ou d’un abonnement annuel chargé sur une carte à puce TaM.
        Prenons l’exemple d’un abonné qui a l’habitude de se garer au parking Circé à Odysseum. Du lundi au vendredi il stationne sa voiture dans ce parking puis prend le tramway pour se rendre à son travail en ville. Le samedi, il gare sa voiture dans ce même parking pour faire des courses dans le centre commercial Odysseum et n’utilise pas les transports en commun.
        Avant le lundi 3 janvier 2022, il lui suffisait de badger avec la carte à puce à la hauteur de la borne d’entrée pour accéder au parking puis de badger à la hauteur de la borne de sortie pour quitter ce même parking, qu’il ait fait ou non un aller-retour en transports en commun.
        Depuis le lundi 3 janvier 2022, l’abonné en question doit prendre un ticket à la borne d’entrée et s’il veut ressortir du parking, non seulement il devra insérer le ticket dans la fente dédiée et badger avec sa carte à puce, mais il aura tout intérêt à avoir validé préalablement deux trajets à bord d’un bus ou d’un tram correspondant à un aller-retour, ce qu’il faisait déjà du lundi au vendredi mais pas le samedi puisqu’il restait sur place.
        En accordant l’accès aux parkings P+tram aux titulaires d’un Pass gratuité dématérialisé, TaM pénalise dans les faits les titulaires d’abonnements payants rattachés à la carte à puce et engendre un énorme gaspillage de tickets magnétiques.
        TaM répondra que certains prenaient uniquement un abonnement mensuel ou annuel pour stationner leur véhicule dans un parking P+tram situé à proximité de leur lieu de travail ou d’études.
        Cependant pour contourner l’obligation de prendre les transports en commun les abonnés concernés feront en sorte de badger furtivement dans une rame à la station la plus proche quelques instants après avoir parqué le véhicule puis feront de même avant d’aller récupérer le véhicule. Ainsi les valideurs embarqués enregistreront des centaines de validation de voyageurs fantômes.
        Cordialement
        Edouard Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.