2 octobre 2020 – Réduction de 10 % des tarifs des abonnements TaM Montpellier 3M, la mesure aurait dû s’appliquer à tous les étudiants de moins de 26 ans qu’ils habitent ou non la métropole


La gratuité des transports le week-end réservée aux seuls habitants de la métropole montpelliéraine éligibles au Pass week-end gratuit est à l’origine d’une véritable injustice sociale.

Ainsi, à la suite d’un vote en Conseil de métropole intervenu le mardi 15 septembre 2020 avec prise d’effet le jeudi 17 septembre 2020, les élus métropolitains ont décidé de ne pas pénaliser les titulaires d’un abonnement mensuel ou annuel TaM Montpellier 3M qui vivent dans la métropole en leur accordant une réduction de 10 % sur le prix en vigueur de l’abonnement choisi afin de les récompenser dans leur choix de voyager à bord des bus et tramways du réseau de transports en commun de la métropole.

Cette décision a débouché sur une usine à gaz doublée d’une différenciation affectant plus particulièrement les étudiants de moins de 26 ans qui n’ont pas la chance d’habiter une des 31 communes de la métropole soit parce qu’ils vivent encore chez leurs parents ou parce que beaucoup de nouveaux venus ont cru bon de s’installer dans une commune située en lisière de la métropole telles que Mauguio-Carnon, Palavas-les-Flots, Mireval, Saint-Gély-du-Fesc, pour ne citer qu’elles.

Avec les nouveaux tarifs des abonnements applicables depuis le jeudi 17 septembre 2020, l’étudiant de moins de 26 ans qui habite dans une des 31 communes de la métropole va payer 25,20 € l’abonnement mensuel ou 176,40 € l’abonnement annuel, tandis que l’étudiant de moins de 26 ans, qui a le tort d’être domicilié en dehors de la métropole, la plupart du temps pour une question de pouvoir d’achat, doit s’acquitter de 28,00 € pour un abonnement mensuel ou 196,00 € pour un abonnement annuel.

L’argument avancé par Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Agglomération, à savoir « Lorsqu’une personne qui habite hors métropole ne paye qu’une fois son titre de transport, un habitant de la métropole le paye en plus de son ticket, par l’impôt et, pour certains salariés, par le versement de transport versé par les entreprises » , ne tient pas dans la mesure où les étudiants sont pratiquement tous exonérés de la taxe d’habitation depuis le mercredi 1er janvier 2020 et que certains d’entre eux, parmi lesquels ceux vivant hors métropole, peuvent travailler quelques heures par semaine dans une entreprise d’au moins 11 salariés située sur le territoire de la métropole et assujettie au versement transport.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.