23 avril 2020 – Rétrotram : l’interurbain de Milan (Italie)


Au terminus « Milan Via Vialtellina », commun aux lignes interurbaines vers Limbiate et Desio (la section « Desio Deposito » – « Carate » a été fermée le dimanche 25 avril 1982), photographie de la voiture pilote 841 dépendant du convoi fermé 800-C (année 1965) composé de la voiture pilote 841, de la motrice 806 ex type Littorina OMS et de la voiture pilote 842, ainsi que de la motrice 128 Littorina OMS (année 1942) et de la motrice 85 Reggio Emilia (année 1928), le samedi 22 mai 1982. Copyright : jean-pierre autié

Sur les douze lignes de tramway interurbaines qui ont pu voir le jour entre 1876 et 1886 à Milan, capitale de la région Lombardie en Italie, seules trois sections de ces lignes à voie unique à l’écartement de 1 445 mm, dotées d’évitements et généralement parallèles à des axes routiers, existaient encore au tout début des années 80, toutes les trois exploitées par ATM (Azienda Trasporti Milanesi) :
« Milan Via Valtellina » – « Limbiate »,
« Milan Via Valtellina » – « Carate » comprenant un terminus intermédiaire à Milanino,
– et « Milan Piazzale Sire Raul » – « Vimercate ».

Cette dernière section de ligne a été fermée le dimanche 7 juin 1981.

La fermeture de la section de ligne » Milan Via Valtellina » – « Carate » s’est étalée sur plusieurs années. Ainsi, la desserte du terminus « Carate » a été supprimée le dimanche 25 avril 1982 et les ultimes circulations sur le dernier tronçon opérationnel de la ligne 178 du réseau ATM « Nigardia Parco Nord » (à ce jour terminus nord de la ligne 4 du réseau de tramways milanais, ndlr) – « Desio Deposito » ont eu lieu le vendredi 30 septembre 2011.

En 2020, seule subsiste une partie de la ligne desservant la ville de Limbiate au nord de la métropole lombarde. Dans Milan, depuis le mardi 29 mars 2011, le terminus se trouve à proximité de la station « Comasina » de la ligne M3 de métro. Cette dernière ligne de tramway interurbaine d’une longueur de 11,6 km, qui porte le numéro 179 du réseau ATM, est exploitée avec des convois « fermés » de la série 500 (années 1961 à 1964) très bien entretenus chacun composés de trois éléments : une voiture pilote, une motrice et une voiture pilote.

Info : Michel Bozzola et jean-pierre autié

Cet article a été publié dans Fourre tout, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.