27 novembre 2018 – Faut-il créer des espaces réservés exclusivement aux femmes dans les rames de tramway à Montpellier ?


Marquage au sol dans une rame Citadis 402 Alstom du tramway de Dubaï indiquant qu’au-delà de la limite les places debout et assises sont réservées aux femmes et enfants. Photo prise le mardi 21 avril 2015. Copyright : DS7

Il y a trois ans, lors de la campagne nationale contre le harcèlement dans les transports intitulée « Stop ça suffit », le quotidien Midi Libre publiait en ligne un article intitulé :  « Montpellier : harcelées dans les trains, bus, trams, elles racontent« .

En 2018, selon les témoignages recueillis par la presse auprès de femmes qui ont manifesté dans les rues de Montpellier, le samedi 24 novembre, contre les violences qui leur sont faites, toutes ont déclaré avoir subi une agression sexiste dans les transports en commun.

Face à ce constat tout-à-fait consternant, la question suivante est désormais posée : faut-il créer des espaces réservés exclusivement aux femmes dans les rames de tramway à Montpellier, afin qu’elles puissent voyager en toute tranquillité à toute heure sans être importunées ?

Info : Anje34 et Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 27 novembre 2018 – Faut-il créer des espaces réservés exclusivement aux femmes dans les rames de tramway à Montpellier ?

  1. Voyons Anje et Edouard…, le marquage au sol ne serait-il pas un méchant recul des libertés des femmes de disposer d’elles mêmes un peu comme les islmamistes qui veulent que les femmes soient couvertes de la tête aux pieds pour ne pas être visibles?
    Par ailleurs, concernant les silhouettes, pour dénoncer les bourreaux et faire réfléchir les lâches qui agissent dans la pénombre du foyer sans être dénoncés, ne faudrait-il pas aussi avoir le courage d’apposer de vrais visages des victimes sur ces silhouettes?
    Pour une action reproductible sur tout le territoire, que ces victimes soient locales parce qu’elles sont vraies victimes et que malheureusement elles ont été bâillonnées par la pudeur d’une société qui condamne la victime et défend le bourreau… comme en Irlande 🇮🇪 où le tribunal a innocenté un violeur parce que la victime portait un string… en espérant que cette jurisprudence ne soit jamais exportée.

  2. Louis FERDINAND dit :

    Une anecdote en guise de soutien aux femmes qui ont manifesté le samedi 24.
    Circulant régulièrement sur la ligne 1, j’ai été témoin comme beaucoup de faits relevant du harcèlement mais je reconnais qu’il est difficile d’intervenir afin de défendre l’harcelée au risque d’avoir à subir des insultes (c’est le minimum) des crachats (c’est habituel dans une certaine tranche d’âge) des coups (c’est plus fréquent qu’on ne le croit) et cela dans l’indifférence générale tant l’apathie morale de la population est grande.
    Cette anecdote m’est particulièrement restée en mémoire car quelques mois plus tard j’ai eu contact à cet homme pour affaire. Je monte dans le tram à ma station habituelle, Château d’ô. A côté de moi dans la rame une jeune femme que je vois régulièrement prendre le tram sur la L 1. Station Occitanie, monte un individu propre sur lui, élégant même, 35 ans, pas plus pas moins, qui se place derrière elle après s’être déplacé dans un bon tiers de la rame et qui lui colle son «groin» dans les cheveux.
    A la station Occitanie, elle change de place autant que lui permettent les nombreux voyageurs.
    A la station Lapeyronie, l’ayant suivi il lui parle à l’oreille de Dieu qui A «inventé les cheveux blondS pour que les hommes croient aux anges». Puis il lui dit que Dieu l’a guidé vers elle, «des relations sexuelles avec lui la rapprocheront du ciel», il exige un rendez-vous. Elle le repousse, serre ses cheveux dans une main et à la station Boutonnet il lui dit qu’il faut absolument qu’elle fasse l’amour avec lui « pour gagner le ciel ». A la station Philippidès elle quitte le tram, il regarde sa montre et reste dans la rame. Je quitte le tram à Albert 1er, je reste sur le quai pour attendre la rame suivante. La jeune femme blonde aux longs cheveux blonds y est, apparemment plus tranquille. Et comme je ne veux pas être politiquement incorrect, je ne vous donne pas le nom du pays d’Afrique de l’individu. Voila mon témoignage de Montpellier 2016 et bien sûr par «Un si grand soleil»

    Louis FERDINAND

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.