5 mars 2016 – Le ColL5ctif ligne 5 rassemblé sur la place de la Comédie, ce samedi


Le ColL5ctif ligne 5 rassemblé place de la Comédie à Montpellier, le samedi 5 mars 2016. Copyright : Edouard Paris

Le ColL5ctif ligne 5 rassemblé place de la Comédie à Montpellier, le samedi 5 mars 2016. Copyright : Edouard Paris

Le 5 du mois tombant ce mois-ci un samedi, le ColL5ctif de défense du projet de la ligne 5 de tramway a organisé « une manifestation festive et conviviale mais déterminée » à 15h00, place de la Comédie à Montpellier.

Depuis sa prise de fonction en qualité de président de Montpellier Agglomération puis de Montpellier Méditerranée Métropole, Philippe Saurel, qui est aussi maire de la ville de Montpellier, répète que ni la métropole ni la ville n’ont les moyens financiers à ce jour pour s’engager dans l’aventure de la construction de la ligne 5 Lavérune – Clapiers, via le centre-ville de Montpellier.

Pour sa part, le webmestre a toujours estimé que le réseau de tramways de Montpellier est surdimensionné et que pas moins de 200 M€ auraient pu être économisés en se passant des réalisations, investissements et dépenses ci-après listés. Mais un grand visionnaire est passé par là et personne, dont la plupart des partisans du projet de la ligne 5, n’a eu le courage de freiner sa folie des grandeurs.

Ligne 1 : parking P+Tram Circé à Odysseum aux trois quarts vide en permanence.
Ligne 2 :
– antenne à voie unique « Jacou » – « Notre-Dame de Sablassou »;
– section de ligne très sinueuse entre les stations « Jeu de Mail des Abbés » et « Corum » alors qu’une tracé par l’avenue Saint-Lazare et la route de Nîmes (aujourd’hui avenue François-Delmas) était plus logique;
– section de ligne « Corum » – « Place de l’Europe », parcourue exclusivement par la ligne 4 depuis le samedi 7 avril 2012, dont la fréquentation est toujours restée faible en dehors des heures d’entrées et sorties d’élèves du Lycée Jean-Mermoz;
– section de ligne « Rives-du-Lez » – Pont-de-Lattes, qui aurait dû être seulement réalisée lors des travaux de construction de la ligne 3.
Dès sa mise en service, la ligne 2 aurait dû partager les mêmes quais de la station « Corum » de la ligne 1, poursuivre par le boulevard Louis-Blanc et le Boulevard Pasteur, tronc commun avec la ligne 1, avant de bifurquer vers le boulevard Henri IV en direction de la gare où la station « Gare Saint-Roch » aurait occupé l’actuel emplacement de celle desservie par les lignes 3 et 4, rue de la République.
Ligne 3 :
– branche inutile « Boirargues » – « Lattes Centre »;
– les voies auraient dû être équipées de rails vignoles moins coûteux à la place de rails à gorge, de la station « Pablo Picasso » au terminus « Pérols – Etang de l’Or »;
– boucle des Prés d’Arènes entre l’avenue de Maurin et la station « Georges Frêche – Hôtel de Ville », que la ligne 3 devait emprunter mais qui a été dévolue à la ligne 4;
Ligne 4 : elle n’aurait jamais dû voir le jour.

Un réseau surdimensionné ce sont des rames en plus, de l’entretien en plus et du personnel en plus…

200 M€ minimum qui font cruellement défaut aujourd’hui pour construire des bouts de ligne 4 et non de ligne 5, et en priorité une section de ligne entre « Saint-Eloi » et « Agropolis » permettant la desserte indispensable de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, Ligne 5, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour 5 mars 2016 – Le ColL5ctif ligne 5 rassemblé sur la place de la Comédie, ce samedi

  1. Miguel dit :

    Le maire a aussi les poches pleines quand il s’agit de prolonger la L1, il suffit de regarder cette intervioue:
    http://www.voussaveztout.com/actu_video-une-liaison-tramway-entre-laeroport-et-la-nouvelle-gare-tgv-lidee-fait-son-chemin.html

    On lui pose la question « alors, le tram jusqu’à la mer? », et il répond « d’abord à la gare de la Mogère, et ensuite peut-être à l’aéroport ». Pour la Mogère, il faut franchir les 6 voies de l’A9, les 6 voies de l’A9bis, et les 8 voies et 6 quais de la gare de la Mogère. Pour l’aéroport, il faut encore franchir la voie rapide de l’aéroport. Donc au final, des travaux énormes.

    Et la mer, dans l’histoire? C’est là le plus beau: Saurel dit « une fois qu’on est à l’aéroport, on est à 1 km de la mer ». Pourtant, moi je mesure 7 km:
    http://www.openstreetmap.org/directions?engine=osrm_car&route=43.5785%2C3.9588%3B43.5413%2C3.9731#map=13/43.5610/3.9378
    Même en supprimant l’aérodrome ou en le traversant, ça fait au moins 5 km.
    Et même s’il mesurait à pied (à travers l’étang), du bout de la piste d’atterrissage jusqu’au bord de la plage de Carnon, il resterait encore 3 km.

    Cette réponse est assez incroyable: en réalité, un tramway prolongé jusqu’à l’aéroport ne rapprocherait pas d’un pouce le tramway de la mer, puisqu’il est déjà à l’Étang de l’Or, donc bien plus proche de la mer que l’aérogare de l’aéroport.

    Encore une fois, Saurel dit donc n’importe quoi. Je ne sais pas où est la limite entre la petite erreur et le gros mensonge, mais là il y a un facteur 7.

  2. Roman Rebesko dit :

    Je ne suis pas entièrement d’accord avec votre liste « d’inutilités » – sauf Sablassou / Jacou qui aurait dû (pu) être limitée au Lycée Pompidou avec P+Tram à proximiné de la départementale.
    J’ajouterai Mosson / Juvignac – y compris le doublon avec la L1 du terminus Mosson
    Lattes et vraisemblablement Perols n’étaient certainement pas des urgences…
    Circé a surtout été « mal vendu » – peut mieux faire avec accès via l’A9/A9bis-A759K
    A l’opposé, j’ai déjà exprimé mon avis sur la boucle Corum / Europe – à noter qu’elle pourrait être redynamisée par la (re)naissance du projet de passerelle sur le Lez amenant les habitants du quartier de la Pompignane en direct sur la L4…
    Mais j’aime bien l’idée d’antennes (L4?/L1) desservant les Facs/Vers St Gely+ et autres.

  3. Miguel dit :

    à Roman Rebesko:
    la passerelle piétonne sur le Lez, entre la station L4 « Pompignane » (L2 à l’origine) et le quartier de la Pompignane, l’Agglo a annoncé son abandon le lendemain du jour où la DUP de la L2 a été signée. Ça n’a servi qu’à faire avaler le projet et à argument sur l’utilité de la boucle du Lez, par rapport au projet de ligne directe que nous proposions au sein du Collectif Tramway. L’enquête publique L2 a reçu un avis favorable le 12/04/2004, et a été signée par le préfet le 10/05/2005.
    Pour justifier l’abandon de cette passerelle, l’Agglo avait argumenté sur le risque d’une association de riverains attaque la DUP, accusation farfelue (ils n’avaient aucune chance de gagner, et l’abandon de la passerelle ne garantissait même pas qu’ils n’attaquent pas la DUP), qui a pourtant été présentée telle quelle par la presse:
    http://collectiftramway.free.fr/presse/20041117-HdJ-pas_de_passerelle_pietonne_sur_Lez.png

    • Roman Rebesko dit :

      J’ai lu très récemment ( La Gazette – je crois ) que la passerelle était remise à l’eau (Lol) par ceux là mêmes qui l’avaient refusée côté Pompignane…

      • Miguel dit :

        Oui, la passerelle est remise à l’eau par ceux qui l’avaient refusée, c’est-à-dire par la Métropole de Montpellier, qu’on appelait l’Agglo à l’époque. D’ailleurs, si la Gazette en parle, ça le confirme, car la Gazette ne publie que des informations approuvées par la Métropole, et si possible issues de la Métropole. Vive la presse indépendante.

  4. Miguel dit :

    Il faut voir comment est apparu l’étrange réseau Montpelliérain:
    1) une ligne 1 tordue, mais pour des raisons légitimes (desservir à la fois les hôpitaux, la fac de sciences, la Paillade, la Comédie, et bien sûr le quartier Odysséum cher à Frêche)
    2) une ligne 2 tordue, sans aucune raison valable. Nous avions argumenté tout cela avec le Collectif Tramway, tout est toujours en ligne: http://collectiftramway.free.fr
    3) une ligne 3 tordue, d’une manière tellement absurde qu’elle n’a heureusement jamais été mise en service selon le plan encore prévu lorsqu’elle a été construite. Voir ici à la page 6:
    http://www.montpellier3m.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=1273150669434
    Le point le plus extraordinaire de ce projet était que, pour un trajet de la gare de Montpellier à Lattes-centre, les rames auraient emprunté un petit bout de l’ancienne ligne de « petit train » Montpellier-Palavas, mais dans le mauvais sens! De la Rauze à la nouvelle mairie, la L3 allait en direction de Lattes en prenant la voie du petit train en direction de Montpellier.
    4) un rafistolage consistant à redresser ce qui pouvait l’être, et il en reste une ligne 4 mal foutue, une ligne 2 sinueuse dans les Beaux Arts, et un surplus de voies de tram à l’Est du centre-ville.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s