6 février 2016 – Un tramway moderne en service commercial au Brésil, ça existe


C’est au sud de Sao Paulo, capitale économique du Brésil, et plus exactement sur les communes de Sao Vicente et Santos, qu’a débuté, en mai 2013, la construction d’une ligne de tramway moderne d’une longueur de 11 km entre le terminus « Barreiros » à Sao Vicente à l’ouest et le terminus « Porto » à Santos à l’est.

Les premiers tests de circulation avec des passagers, voyageant gratuitement à bord, ont eu lieu à partir du lundi 27 avril 2015 sur une section de ligne de 5 km de long entre les stations « Mascarenhas de Moraes » et « Joào Ribeiro » sur la commune de Sao Vicente.

A ce jour, quatre rames roulent sur 6,5 km de ligne entre les stations « Mascarenhas de Moraes » (Sao Vicente) et « Pineihro Machado » (Santos). L’entrée en service commercial est toute récente. Elle remonte au dimanche 31 janvier 2016.

Pour assurer l’exploitation des 11 kilomètres de la ligne complète, vingt deux rames Tramlink du constructeur allemand Vossloh ont été commandées . Les trois premières rames de sept modules chacune, 001 à 003, ont été assemblées près de Valence en Espagne, les dix neuf suivantes, 004 à 022, devant être assemblées au Brésil.

Outre les deux terminus cités plus haut, la ligne comprendra à son achèvement treize stations intermédiaires, soit sept sur Sao Vicente, toutes en service, et six sur Santos dont seulement deux sont opérationnelles aujourd’hui.

Chaque terminus ou station dispose d’un quai central en insertion axiale avec un portique d’accès unique à un bout de quai doté de tourniquets et un local technique avec ou sans sous-station électrique à l’autre bout de quai.

A la différence de Rio de Janeiro qui a opté pour une ligne de 28 km à plusieurs branches dépourvue de lignes aériennes de contact, l’état de Sao Paulo, dont dépendent les municipalités de Sao Vicente et de Santos, a opté pour une solution bien moins onéreuse, c’est à dire une ligne classique où circulent des rames de 43,70 m de long et de 2,65 m de largeur extérieure, chacune équipée d’un pantographe pour capter l’électricité des lignes aériennes de contact. De même, le rail de type Vignole a été préféré au rail à gorge, la aussi pour des raisons évidentes d’économie. La ligne est construite sur une ancienne plateforme d’une ligne de chemin de fer comprenant un tunnel de 350 mètres de long refait à neuf.

Info : W. Dos Santos et Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s