22 mai 2015 – Bouclage de la ligne 4 : la soudure de la discorde


La soudure de la discorde. Photo prise le jeudi 21 mai 2015. Copyright : Anje34

La soudure de la discorde. Photo prise le jeudi 21 mai 2015. Copyright : Anje34

A la suite de la mise en ligne du précédent article intitulé : « Bouclage de la ligne 4 : une cérémonie officielle de la première soudure des rails bidonnée, sans doute une première en France« , Yogui a écrit le commentaire suivant :

« Permettez-moi une petite précision. Vous dites : Pour ce faire, la société en charge de la pose des voies a dû dans un premier temps casser du béton sous le rail afin de créer une petite cavité et dans un second temps couper verticalement un très petit bout de rail à gorge avec une scie spéciale dans le but d’obtenir un espace vide autour duquel un moule sera installé afin de procéder à la soudure.

Ceci est faux. Premièrement, le béton n’a pas été cassé à cet endroit, l’évènement était prévu avant bétonnage, et donc l’entreprise a fait en sorte de ne pas bétonner totalement à cet endroit. Deuxièmement, le rail n’a pas été scié du tout. Encore une fois l’évènement étant prévu depuis longtemps, cette soudure a été « sautée », pour être simplement remise à plus tard. Et tout ceci n’a aucune incidence technique ou planning sur les travaux, c’est une formalité.

Cet événement a donc été anticipé et a été organisé pour faire les choses en toute intelligence.

Participant au projet, je tenais tout de même à ce que les informations portées au public soient bonnes. »

Pour ma part, en qualité de webmestre, j’ai à répondre qu’entre la livraison des premiers rails le jeudi 23 avril 2015 et la cérémonie de la soudure officielle et non pas de la première soudure sur le chaînon manquant de la ligne 4, le jeudi 21 mai 2015, je me suis rendu à plusieurs reprises sur le boulevard Henri IV afin de suivre l’avancement du chantier de pose des voies entre la rue Armand-Gauthier et la place Albert 1er, à savoir : les 28 et 29 avril, les 6, 10, 11, 12, 13, 18 et 20 mai. Or le mercredi 20 après-midi, soit la veille de la cérémonie, je suis allé faire un tour du côté du boulevard Henri IV dans l’idée de repérer l’endroit où elle pourrait se tenir et passer une info en début de soirée, ce que je n’ai pas pu faire en fin de compte car à 15h00 il n’y avait aucun indice pouvant sauter aux yeux à la hauteur de la Faculté de Médecine – Institut de Biologie, tel un bout de rail au-dessus d’une petite cavité qui aurait certainement attiré mon attention. Même constat de Anje34 et Louis Ferdinand qui ont pris des photos à la suite du scellement des traverses bi-blocs, le mardi 12 mai 2015 et qui sont retournés sur site avant le jeudi 21 mai, au moins une fois, sans rien remarquer non plus.

En revisionnant des photos après le scellement des traverses par du béton intervenu le mardi 12 mai 2015, le seul élément matériel pouvant laisser supposer que la soudure officielle était programmée à l’endroit où elle a véritablement eu lieu, était l’absence de mousse de polyuréthane sur une trentaine de centimètres de part et d’autre du rail.

Afin que le lecteur du présent article puisse forger sa propre opinion dans un sens ou dans un autre, le webmestre a tiré d’un ouvrage intitulé Tramways écrit par Georges Müller aux éditions Technique de l’ingénieur, page C4 440-7 , l’extrait suivant : « On pose les rails, livrés en coupon de 18 m qui sont fixés verticalement sur les traverses puis soudés entre eux par aluminothermie. Une fois les rails soudés, on soulève, à l’aide de vérins, l’ensemble du travelage jusqu’à la côte calculée puis on coule un béton de calage, dosé à 350 kg/m3 taloché horizontalement ou avec des pentes selon les revêtements prévus, jusqu’à rapprocher du sommet des traverses sans toutefois atteindre ce dernier afin de laisser les rails hors de la couche de béton pour faciliter leur remplacement le moment voulu. »

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Ligne 4, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 22 mai 2015 – Bouclage de la ligne 4 : la soudure de la discorde

  1. Roman REBESKO dit :

    Difficile de se prononcer au vu de la photo…
    – on dirait bien que le creux a été recreusé après coup – vu son irrégularité…
    – mais je note des gouttes de béton sur les traverses qui pourraient provenir du retrait de béton frais dès le coulage à la truelle – en prévision de la petite sauterie ?
    Un indice pourrait résoudre le conflit :
    La distance séparant cette soudure symbolique des 2 suivantes en amont et aval…
    Si elle est égale à la longueur d’un rail la version de yogui serait validée…
    sinon ?!

    • Roman REBESKO dit :

      Ceci étant – après réflexion – si le béton/mousse a été recreusé par voie thermique, des gouttes auraient pu gicler sur les traverses… quel qu’en soit le moment !
      Donc la distance reste le meilleur indice.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s