1er mars 2022 – Insécurité dans les transports en commun : Montpellier au pied du podium


En 2020, une année marquée par une chute de la fréquentation des transports en commun en raison de la pandémie de la Covid-19, onze villes françaises ont dépassé la barre des 1 000 vols et agressions confondus dans les transports publics, selon les données du ministère de l’Intérieur.

Sans surprise, Paris arrive en tête avec 55 000 personnes victimes de vols et violences dans les transports en commun. Pourtant, les moyens engagés par la RATP (1 000 agents de sécurité présents sur le réseau, des sociétés de sécurité privées ou encore 51 000 caméras de surveillance) ne suffisent visiblement pas à enrayer la délinquance.

A l’échelle du nombre d’habitants, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) est classée en deuxième position avec 2 218 personnes agressées en 2020.

Lyon et ses 6.533 vols et agressions recensés en 2020 occupe la troisième place de ce classement peu reluisant.

A Montpellier, en quatrième position, près de 2 300 vols et agressions cumulés ont été comptabilisés en 2020. A la différence des trois précédentes villes citées, Montpellier n’est pas équipée d’un métro.

Suivent dans l’ordre : Grenoble, Bordeaux, Nantes, Lille, Toulouse, Nice et Marseille.

Les faits recensés dans ce classement sont ceux ayant fait l’objet d’un dépôt de plainte, d’un signalement, d’un témoignage, d’un flagrant délit ou encore d’une dénonciation.

Pour l’année 2021, Montpellier conservera probablement sa quatrième place. En effet, selon le quotidien Midi Libre, dans un article mis en ligne le samedi 29 janvier 2022, « L’an dernier, les forces de l’ordre ont dû faire face à des bandes organisées de pickpockets qui ont sévi sur les lignes de tram, ciblant particulièrement étudiants, touristes et personnes vulnérables. Des groupes d’adolescentes ont commis des vols de cartes bancaires en série, notamment aux stations « Gare Saint-Roch » et « Comédie ». Les auteurs ont pu être identifiés, grâce à la vidéosurveillance. »

En marge de cet article, le secrétaire du syndicat FO TaM déplore une explosion des incivilités avec la Covid-19 (manquement au port du masque) et à la suite de l’introduction des deux premières phases de la politique de gratuité des transports, qui prennent le plus souvent la forme d’insultes, de crachats, de menaces de mort, voire d’actes plus graves à l’encontre des conducteurs de bus et des contrôleurs.

S’agissant de la gratuité, qui ne concerne à ce jour que les habitants de la Métropole de moins de 18 ans et de 65 ans et plus tous les jours de la semaine, et de la tranche 18 à 64 ans les samedis et dimanches seulement, le syndicaliste constate de nombreux incidents liés à la validation des titres de transport.

Pour faire face à la multitude de délits et incivilités, la Métropole a la volonté de mettre en place une police des transports d’ici la fin de l’année 2023. En attendant, des agents de contrôle de TaM Montpellier 3M sont équipés de caméras-piétons depuis le lundi 31 janvier 2022.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 1er mars 2022 – Insécurité dans les transports en commun : Montpellier au pied du podium

  1. Jean dit :

    Il ne faut pas mettre plus de policiers mais mettre moins de délinquants dans les rues. Supprimons le droit du sol, le regroupement familial, annulons les accords de 1968 avec l’Algérie.

  2. LF dit :

    Cher Édouard Paris,
    Je pense que vous faites erreur en disant que Montpellier est au pied du podium. Depuis bien longtemps et pour toutes sortes de classements il est toujours question de Paris – Île de France et hors Paris. En effet, comment établir un classement commun quand il y a de telles différences entre la capitale et les métropoles des régions si l’on s’en tient à la superficie, au nombre d’habitants et aux ressources financières. Trop d’écart entre la plus grande ville et la suivante oblige à faire une distinction.
    Pour bien comprendre ces chiffres il faudrait connaître le profil des agresseurs. Hélas il me semble que l’on ne peut pas faire cela en France : statut social, origines, situation par rapport à la justice, etc.
    Avec les chiffres bruts, je suis bien d’accord Paris est en tête.
    Pour les autres métropoles, si l’on s’en tient aux chiffres, Montpellier est 3ème et en conséquence sur le podium.
    Et cela est bien « mérité » tant la gestion des élus depuis Madame Mandrou est menée avec une désinvolture coupable.
    Louis Ferdinand

Répondre à Jean Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.