18 février 2022 – Future ligne 5 de tramway : des dizaines d’arbres, pour la plupart plantés il y a moins de 15 ans, vont être abattus dans le quartier Ovalie à Montpellier


Dans le cadre de la construction de la future ligne 5 de tramway de Montpellier, des dizaines d’arbres, principalement des micocouliers et des pins dont la plupart ont été plantés il y a moins de 15 ans, vont être abattus rue de Bugarel et avenue du XV-de-France, dans le quartier Ovalie à Montpellier. D’autres arbres plus anciens disparaîtront également du paysage rue de Cheng-Du et place de Chine, dans le quartier Val-de-Croze.

Selon un article du quotidien Midi Libre, publié en ligne le mardi 1er février 2022, « Pour un arbre coupé deux arbres seront plantés.« 

Info : Anje34

Cet article, publié dans Fourre tout, Ligne 5, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour 18 février 2022 – Future ligne 5 de tramway : des dizaines d’arbres, pour la plupart plantés il y a moins de 15 ans, vont être abattus dans le quartier Ovalie à Montpellier

  1. Louis FERDINAND dit :

    D’autres solutions existent, notamment le déplacement d’arbres avec la motte à l’aide d’une machine de transplantation
    (voir https://www.youtube.com/watch?v=wq_s4fqxTlc).
    Cela a déjà été utilisé à Montpellier à la Mosson sur le site de l’ancienne pépinière municipale, site actuellement occupé par le parking Mosson T1 T3. La machine venait d’Allemagne où cette solution est employée depuis bien longtemps.
    Mais nos hommes politiques préfèrent ignorer ce qui a été fait avant leur élection et cela se comprend quand on voit que l’équipe actuelle essaie de nous faire croire que la gratuité des transports ne coûte rien et à personne.
    Quant à l’argument « pour un arbre coupé deux arbres seront plantés » cela me rappelle ces publicitaires qui promettaient « Deux barils de lessive pour le prix d’un baril ». Encore des gens grassement payés par nos élus si généreux.
    Je n’ose pas penser à l’argent qui va encore s’évaporer pour la déco des rames de la L5 et pour éviter que les insultes me viennent à la bouche je ne parlerai pas non plus de la mise à la casse des rames de la L1 avant leurs 25 ans de service alors que ces rames peuvent circuler 35 – 40 ans !!!
    Concernant les travaux de la L5, je me suis inscrit à la newsletter le 4 juin 2021 sur le site officiel, j’ai reçu la confirmation peu de temps après. La 1ère actualité m’est parvenue le 27 juillet 2021 et depuis RIEN !!!
    Oui vraiment les élus actuels sont arrivés à leur plafond de compétence.

  2. RAOUL dit :

    Il n’y a pas de contrôle, pas de contre-pouvoir, c’est cela notre démocratie locale. Leur incompétence, au moins en matière de transport, n’a d’égal que leur délire à cramer la caisse pour de bon. Alors que la Tam est exsangue.

    • Bonjour Raoul,

      Lors du conseil d’administration de la SAEML TaM, en date du 24 septembre 2021, dont j’ai pu me procurer une copie, les représentants de trois administrateurs se sont souciés de la santé financière de l’entreprise :
      Mme Sas, représentante de la Caisse des Dépôts et Consignations, a fait part de ses inquiétudes quant à l’impact de la crise sanitaire et des problématiques de trésorerie de TaM.
      M. Salvaing, représentant de la Caisse d’Epargne et de Prévoyance Languedoc Roussillon, a approuvé les propos de Mme SAS en insistant sur le fait que la situation financière de l’entreprise s’annonçait critique.
      M. Decerle, représentant de Transdev, a rappelé que lors du précédent Conseil d’Administration (23 juin 2021), la question sur l’impact COVID avait été évoquée, ainsi que la nécessité d’une indemnisation (à la charge de Montpellier Méditerranée Métropole). L’inquiétude c’est aussi la situation financière de l’entreprise qui fait planer un risque sur la continuité de l’entreprise au sens juridique du terme.

      Il faut ici préciser que le calcul du montant de l’indemnité compensatrice que doit verser Montpellier Méditerranée Métropole à TaM du fait de sa politique de gratuité des transports repose contractuellement sur le nombre de validations enregistrées provenant des titulaires de Pass gratuité (Pass gratuité week-end (depuis septembre 2020) , Pass moins de 18 ans et Pass 65 ans et + (depuis le 1er septembre 2021)). Or, il a été constaté que les titulaires de Pass gratuité n’ont pas le réflexe de valider en montant à bord des tramways, les samedis et dimanches et particulièrement ceux utilisant un Pass gratuité rattaché à l’application M’Ticket TaM, l’activation du pass dématérialisé sur un smartphone ou un iPhone nécessitant au minimum quatre étapes. Ce constat est également vrai pour les lycéens tous les jours de la semaine depuis le 1er septembre 2021.

      Cordialement

      Edouard Paris

      • RAOUL dit :

        Oui, la situation est grave ! Espérons qu’on n’ira pas volontairement jusqu’à faire disparaître l’entreprise au sens juridique du terme, dans le but de tout remettre à plat au niveau des salariés… Ce « projet » démange les élus depuis longtemps ; jusqu’à présent, ils ont toujours réalisé qu’ils ne pouvaient rien faire sans les salariés… Vu les conditions de travail qui sont et qui vont être exigées d’eux.
        Faire des économies sur leur dos et continuer les folles dépenses de prestige serait contre-productif et inacceptable.
        Espérons en tout cas qu’on ne mentira pas au contribuable… La gratuité entre autres, est une véritable folie, surtout dans la conjoncture actuelle.

        Cordialement
        Raoul

      • RAOUL dit :

        D’autres conséquences de la gratuité, constatées par les conducteurs et les agents de terrain de la Tam s’accentuent de jour en jour :
        – de nombreux usagers se sont engouffrés dans la gratuité ouverte en principe aux seuls seniors et jeunes : au mieux, on ne valide plus, au pire, on n’achète plus de titre de transport, en particulier sur les lignes de tram. Les recettes vont s’en ressentir, et cela va accentuer les problèmes de trésorerie de l’entreprise. Les mauvaises habitudes prises pendant la pandémie sont de fait prolongées et accentuées par la gratuité.
        – ainsi que je l’avais écrit précédemment : certains usagers ne respectent pas ce qui est gratuit : les insolences, le mépris envers les conducteurs augmentent. Le respect est un terrain qu’il est très difficile de se réapproprier, une fois qu’on l’a perdu.

        Voilà ce qu’il se passe quand les décideurs qui croient détenir la vérité, jouent aux apprentis-sorciers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.