13 janvier 2020 – Circulation des trains TER Occitanie, en ce 40e jour de grève consécutif à la SNCF on est très loin du compte dans l’ex-Languedoc-Roussillon


En gare de Montpellier Saint-Roch, à 10h49, le lundi 13 janvier 2020, 40e jour de grève consécutif à la SNCF contre le projet de réforme des retraites, l’écran des arrivées n’affichait qu’un seul train. Copyright : Edouard Paris

A compter du dimanche 15 décembre 2019, les dessertes périurbaines autour de Montpellier devaient être renforcées, grâce à la libération de capacités sur la ligne historique du fait du basculement de plusieurs TGV sur le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier.

Les améliorations annoncées étaient les suivantes :
– 1 train supplémentaire par heure de Lunel vers Montpellier Saint-Roch entre 8h et 9h du matin, passant à 4 trains, 4 départs par heure de Montpellier Saint-Roch vers Lunel entre 17h et 18h, et au total 11 trains supplémentaires par jour du lundi au vendredi,
– 1 train supplémentaire par heure de Sète vers Montpellier Saint-Roch entre 7h et 8h, passant à 4 trains, 4 départs par heure de Montpellier Saint-Roch vers Sète entre 17h et 18h, et au total 14 trains supplémentaires par jour du lundi au vendredi.

Ces dessertes supplémentaires devaient profiter et profiteront peut-être un jour aux arrêts du parcours, en particulier :
– Baillargues : 21 arrêts supplémentaires en semaine soit 61 arrêts par jour du lundi au vendredi,
– Vic-Mireval, Villeneuve-lès-Maguelone : une offre multipliée par 2 avec 10 arrêts supplémentaires en semaine du lundi au vendredi,
– Frontignan : 14 arrêts supplémentaires en semaine du lundi au vendredi,
– Sète : 14 arrêts supplémentaires en semaine du lundi au vendredi soit 68 arrêts par jour.

Par ailleurs, la coordination de l’offre Intercités et TER Occitanie avec les TER de la Région Sud PACA devait permettre de mieux rythmer la desserte Montpellier Saint-Roch – Nîmes centre – Marseille St-Charles :
– un train par heure (Intercités ou TER) de Montpellier Saint-Roch et Nîmes centre vers Marseille le matin permettant des arrivées à Marseille toutes les heures de 7h à 11h et des retours de Marseille toutes les heures entre 15h et 21h,
– un train par heure (Intercités ou TER) de Marseille vers Nîmes centre et Montpellier Saint-Roch le matin permettant des arrivées à Nîmes centre et Montpellier Saint-Roch toutes les heures de 7h à 11h et des retours de Montpellier Saint-Roch et Nîmes centre  toutes les heures entre 15h et 20h,
– un train toutes les 2 heures au minimum le reste de la journée et le weekend.

Ce lundi 13 janvier 2020, en ce 40e jour de grève consécutif à la SNCF, on est très loin du compte en ex-Languedoc Roussillon. Ainsi, aucune circulation de trains TER Montpellier Saint-Roch – Marseille Saint-Charles ou vice versa n’a été opérée depuis le jeudi 5 décembre 2019. Les Lunellois et les Sétois n’ont toujours pas profité des trains TER supplémentaires qui leur étaient promis. De plus l’offre TER est particulièrement réduite depuis le début de la grève sur l’axe ferroviaire du littoral méditerranéen avec notamment des creux de trois heures entre 9h et 12h et de deux heures entre 15h et 17h sans aucun train TER Occitanie en gare de Montpellier Saint-Roch.

Tout un chacun peut le constater en gare de Montpellier Saint-Roch, quelle que soit leur nature, la plupart des trains font très rarement le plein de voyageurs en ce moment. Le taux de remplissage moyen serait de 50 %. Aussi, SNCF Mobilités en vient à brader les prix sur les TGV et Intercités pour ceux circulant jusqu’au dimanche 19 janvier 2020. De son côté la présidente de la région Occitanie a demandé à SNCF Mobilités de faire un geste financier en faveur des abonnés des trains TER Occitanie fortement pénalisés depuis le début du mouvement de grève contre le projet de réforme des retraites.

Au mois de mai 2019, lors de l’annonce du renforcement des dessertes dès la mi-décembre 2019, la présidente de la région Occitanie déclarait continuer de faire confiance au service public de la SNCF, alors que d’autres régions comme Région Sud PACA, Grand Est et les Hauts-de-France ont décidé d’ouvrir à la concurrence certaines de leurs lignes. Cependant, il faut le souligner, les premiers trains de la concurrence ne pourront pas rouler avant la mi-décembre 2022.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.