10 août 2019 – A Montpellier, à quand des titres de transport TaM Montpellier 3M disponibles sur smartphone ?


Cet été 2019, dix bornes distributrices de titres de transport, qui ne rendent pas la monnaie, ont été installées à l’arrêt « Gare Montpellier Sud de France ». Photo prise le vendredi 9 août 2019. Copyright : Edouard Paris

A Montpellier, s’il est déjà possible de régler sa place de stationnement payant sur voirie par téléphone mobile, ce n’est toujours pas le cas pour ce qui est des titres de transport TaM Montpellier 3M.

Dans ce dernier domaine, Montpellier a pris pas mal de retard par rapport à d’autres métropoles françaises.

Ainsi, Grenoble, Rouen, Caen, Reims et des réseaux de bus franciliens proposent le ticket de transport par SMS. Pour l’obtenir, le voyageur doit envoyer par SMS un mot clé sur un numéro court surtaxé. En retour, un titre de transport, valable une heure, est renvoyé par SMS. Pas besoin d’application ni de coordonnées bancaires: le prix du ticket est ensuite prélevé sur la facture de l’opérateur téléphonique de l’usager. Gros atout : ce ticket dématérialisé utilisant le SMS est ouvert à ceux ne disposant pas de smartphones.

D’autres grandes agglomérations comme Nice, qui fut la pionnière en la matière en 2010, ou Clermont-Ferrand, Toulouse, Grenoble et Strasbourg, pour ne citer qu’elles, ont choisi le billet de transport dématérialisé « sans contact ». Une fois qu’il aura été acheté avec le smartphone (Android uniquement), ce ticket est validé en effleurant avec le mobile un valideur embarqué ou installé sur quai grâce à une technologie sans contact (NFC – Near Field Contact) ou même Bluetooth comme à Bordeaux depuis le lundi 29 avril 2019. Contrairement à la technologie sans contact NFC (verrouillée par Apple sur l’iPhone), cette technologie sans fil est disponible sur tous les smartphones du marché sans restriction. Cette solution fonctionne avec une appli mobile à télécharger permettant aux usagers des transports publics de la métropole bordelaise d’acheter des billets dématérialisés et de valider leur trajet grâce à leur mobile. Une fois l’achat effectué, il reste à activer Bluetooth et à approcher le smartphone du valideur embarqué. En cas de contrôle, le voyageur doit présenter le QR Code généré par l’application, ce qui suppose toutefois que le mobile ait sa batterie suffisamment chargée.

Le technologie sans contact NFC a l’avantage de fonctionner même lorsque l’appareil est éteint ou que la batterie est vide. Seul problème (mais de taille), les iPhone ne sont pas concernés car leur puce NFC n’est pas encore ouverte par Apple.

Autre exemple, à Nantes, depuis le lundi 29 octobre 2013, l’application « mTicket » propose la vente sur mobile du ticket 1 heure, du carnet 10 trajets, du ticket navette aéroport, du ticket 24 heures ou du ticket 24 heures pour quatre personnes. Le processus d’achat est assez simple et se fait en cinq temps et cinq mouvements : 1. Ouverture de l’application mobile ; 2. Connexion à la rubrique « Mon espace » (ou création si première fois) ; 3. Accès à une zone « mTicket » pour achat ; 4. Paiement via une carte bancaire ; 5. enregistrement de la transaction dans « mon espace ». L’achat peut aussi se faire sur un ordinateur, via le site tan.fr. Les titres achetés sont ensuite disponibles sur le téléphone mobile. Dans le tram ou le bus, l’usager ouvre son carnet de 10 tickets sur le mobile (portefeuille virtuel). Il « clique » alors sur le bouton « composter ». Ce qui déclenche l’apparition d’un QR code (ou flash code). Lors des contrôles, l’agent de la Tan, scanne ce QR avec un smartphone Tan « qui permet de savoir si le titre est valable ou non ».

A la rentrée 2019, ce sera au tour de l’Île-de-France d’adopter le titre de transport sur mobile pour confirmer la disparition planifiée du ticket à piste magnétique en 2021.

A Montpellier, l’introduction d’un titre de transport dématérialisé disponible sur téléphone mobile permettrait aux voyageurs, qui arrivent aussi bien à la gare de Montpellier Saint-Roch qu’à la gare de Montpellier Sud de France, notamment ceux qui sont obligés de transiter d’une gare à l’autre, de s’affranchir de l’achat d’un ticket à un distributeur automatique de titres de transport, qui ne rend pas la monnaie, ou au conducteur du bus, alors que leur tramway ou bus arrive en station ou à l’arrêt.

Sources principales : BFMTV et Ouest-France

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.