9 juillet 2019 – Carnet de voyage : Tallinn (Estonie)


La rame 520 Urbos AXL CAF, opérant sur la ligne 4, au pelliculage publicitaire « airBaltic », est photographiée route de Varna, en centre-ville de Tallinn, tronc commun des quatre lignes du réseau de tramways de la capitale estonienne, le mardi 21 mai 2019. Copyright : Yvon Brument

Tallinn, capitale de l’Estonie, est située au bord de la mer Baltique sur la côte du golfe de Finlande. Au 1er juin 2016, la ville comptait 447 000 habitants environ.

Le réseau de tramways comprend quatre lignes numérotées 1, 2, 3 et 4 totalisant à elles quatre 40 km environ pour 19,7 km de voies à l’écartement de 1 067 mm.

Depuis le samedi 1er juillet 2017, la ligne 4 dessert l’aéroport international de Tallin Lennujaam dont le trafic a franchi la barre symbolique des 3 millions de voyageurs en 2018, 3 007 644 plus exactement.

A ce jour, la station « Hobujaama », en centre-ville de Tallin, constitue le nœud central du réseau de tramways.

Le réseau de transports en commun de Tallin est exploité par Tallinna Linnatranspordi Aktsiaselts.

Depuis le mardi 1er janvier 2013, s’il ou elle remplit toutes les conditions requises, tout(e) habitant(e) de Tallin peut disposer d’une carte gratuite libre circulation sur l’ensemble du réseau de transports en commun. A chaque montée à bord d’un bus, d’un trolleybus ou d’un tramway, il est obligatoire de passer sa carte sans contact devant un valideur embarqué. Les non-résident(e)s, c’est à dire celles et ceux qui ne vivent pas à Tallinn, doivent payer leur titre de transport à valider à chaque montée, soit en téléchargeant l’application QR-ticket (achat de 10 trajets minimum à 1 €, soit 10 €) ou en faisant l’acquisition d’une Smartcard à 2 € pièce permettant de charger, tant qu’elle n’est pas abîmée, le titre de transport payant de son choix à plusieurs reprises. La non validation du titre de transport, carte libre circulation, QR-ticket ou Smartcard, est sanctionnée par une amende de 40 €.

Le parc roulant du réseau de tramways est composé d’une cinquantaine de motrices double caisse ou triple caisse d’origine tchécoslovaque construites entre 1979 et 1990, quelques-unes ayant été acquises au milieu des années 2000 de trois réseaux de l’ex-République Démocratique Allemande, Cottbus, Gera et Erfurt, et de vingt rames modernes espagnoles Urbos AXL CAF livrées entre la fin de l’année 2014 et le mois d’avril 2016. Toutes les motrices et rames sont équipées d’une seule cabine de conduite ce qui impose une boucle de retournement à chaque terminus de ligne.

Des motrices arborent les prénoms de personnalités estoniennes célèbres et des pelliculages publicitaires habillent intégralement et régulièrement plusieurs motrices et rames.

Info : Yvon Brument

Cet article, publié dans Fourre tout, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.