24 mai 2019 – Marche ou grève du climat, nouvelles perturbations sur le réseau de tramways de Montpellier ce vendredi 24 mai 2019 en fin de matinée


Le vendredi 24 mai 2019, à 11h46, la rame 2091 Citadis 402 Alstom est photographiée sur le boulevard du Jeu-de-Paume, en dehors de son itinéraire habituel, sur la voie normalement empruntée par les rames de la ligne 4 dans le sens 4b, en raison d’une manifestation liée à la grève du climat organisée par les lycéens et étudiants montpelliérains dans l’Ecusson. Copyright : Anje34

La première grève étudiante pour le climat a été initiée par la jeune lycéenne suédoise Greta Thunberg, le lundi 20 août 2018 à Stockholm.

Les lycéens et étudiants néerlandais ont emboité le pas en organisant une première marche pour le climat, le mardi 4 septembre 2018 à La Haye.

La jeune Suédoise a fait des émules en Australie, fin novembre 2018, en Angleterre, au Canada, en Allemagne et en Suisse, dès le mois de décembre 2018.

Les lycéens et étudiants écossais, finlandais et belges ont pris le train en marche à partir du mois de janvier 2019.

En France, qui est toujours en retard d’une guerre, il a fallu attendre le vendredi 8 février 2019 pour assister à une première grève scolaire pour le climat, à Nantes plus précisément. La première manifestation parisienne en faveur du climat a été organisée le vendredi 15 février 2019, mais c’est seulement un mois après, le vendredi 15 mars 2019, que le mouvement pour le climat a temporairement pris de l’ampleur avec la mobilisation de lycéens et étudiants dans 121 villes françaises.

Toujours en France, la deuxième marche pour le climat a eu lieu dans les grandes agglomérations le samedi 6 avril 2019, le même jour que l’acte XXI des gilets jaunes.

Ce vendredi 24 mai 2019, tout comme dans d’autres agglomérations françaises, des lycéens et étudiants montpelliérains, au nombre de 1 500, se sont rassemblés pour la troisième fois pour une grève du climat. Une fois de plus, c’est le réseau de tramways de Montpellier qui a subi des perturbations en centre-ville puisque le cortège des jeunes manifestants a emprunté, à l’instar des gilets jaunes qui occupent le pavé chaque samedi depuis le 17 novembre 2018, des artères de l’Ecusson où circulent les rames de tramway, un mode de transport dont les émissions de CO2 sont particulièrement faibles.

Info : Anje34 et Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.