7 septembre 2013 – Carnet de voyage : Orléans


Passage éclair au centre-ville d’Orléans, le samedi après-midi 31 août 2013, afin de photographier la seule intersection en France de deux lignes de tramway, dont une est alimentée par la ligne aérienne de contact (LAC) et l’autre, à cet endroit là, par l’alimentation par le sol (APS), place du Général de Gaulle.

Le réseau de tramways de la communauté d’agglomération d’Orléans, comprend deux lignes, la A et la B.

La ligne A a été inaugurée le 20 novembre 2000, soit près de cinq mois après l’inauguration de la ligne 1 du tramway morderne de Montpellier intervenue le vendredi 30 juin 2000. La ligne A d’Orléans est désormais la seule en France où circulent des rames Citadis 301 Alstom au nombre de 22, de 29,866 mètres de long, numérotées de 39 à 60. A Montpellier, les 30 rames Citadis 301 Alstom de 29,826 mètres de long, numérotées de 2001 à 2030, ont toutes été converties entre 2002 et 2003 en rames Citadis 401 Alstom de 40,969 mètres de long, par l’ajout de deux modules intermédiaires. Particularité à Orléans, la largeur de chaque rame Citadis 301 Alstom est de 2,32 mètres, contre 2,65 mètres à Montpellier pour l’ensemble du parc roulant. La ligne A d’Orléans a une orientation nord-sud du terminus « Jules Verne » sur la commune de Fleury-les-Aubrais au terminus « Hôpital de La Source » sur la commune d’Orléans, avec un crochet par la commune d’Olivet. Avec ses 18 kilomètres, la ligne A  fut la ligne la plus longue de France jusqu’au samedi 16 décembre 2006, date de l’inauguration de la ligne 2 du tramway de Montpellier dans sa version 16 décembre 2006 – 6 avril 2012.

La ligne B, inaugurée le 29 juin 2012, qui s’étend sur 11,3 km, d’ouest en est, entre le terminus « Georges Pompidou » sur le territoire de la commune de La Chapelle-Saint-Mesmin et le terminus « Clos du Hameau » à Saint-Jean-de-Braye, via la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle et le centre-ville d’Orléans, a la particularité de disposer d’une section équipée de l’alimentation par le sol entre les stations « Madeleine » et « Eugène Vignat » toutes situées sur la commune d’Orléans. 21 rames Citadis 302 Alstom, numérotées de 61 à 81, d’une longueur de 32,30 mètres de long et de 2,40 mètres de large,  sont aptes à circuler sous ligne aérienne de contact (LAC) et en mode alimentation par le sol (APS), contrairement aux rames Citadis 301 Alstom qui ne peuvent rouler que sous ligne aérienne de contact et qui sont donc strictement affectées à la ligne A.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 7 septembre 2013 – Carnet de voyage : Orléans

  1. Ping : 21 septembre 2013 – Un tramway sans ligne aérienne de contact | Tramway de Montpellier

  2. Ping : 16 novembre 2013 – Histoire de design | Tramway de Montpellier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s