24 février 2013 – Ligne 5 : enquête publique, pas avant le printemps 2013 ?


Le 13 février 2013, le Préfet de la région Languedoc-Roussillon, s’écrit à lui-même, en qualité de Monsieur le Préfet de l’Hérault, dans une lettre, disponible en ligne, ayant pour objet l’avis de l’autorité environnementale sur le projet de création de la ligne 5 du tramway de l’Agglomération de Montpellier.

Les riverains du tracé de la future ligne 5, de surcroît fidèles visiteurs du présent site, ont tout intérêt à consulter ce document de six pages.

Dans ce courrier, il est précisé que « l’autorité administrative de l’Etat compétente en matière d’environnement donne son avis sur le dossier comprenant l’étude d’impact dans les deux mois suivant sa réception, soit au plus tard le 18 mars 2013« , ce qui sous-entend que l’enquête publique ne serait pas lancée avant le printemps 2013 au plus tôt.

En page 3, il est notamment écrit ce qui suit : « …L’étude d’impact présente plusieurs coupes-type illustrant l’intégration de la voie de tram dans les voiries et précise l’intégration dans les secteurs les plus emblématiques. On doit cependant relever que, même si des efforts sont réalisés pour intégrer la ligne aérienne de contact, assurant l’alimentation électrique des véhicules, le choix de ce mode d’alimentation complique l’intégration paysagère de la ligne, en particulier dans les secteurs les plus emblématiques. Le dossier justifie ce choix par la nécessité d’interopérabilité des rames entre les différentes lignes. L’autorité environnementale admet qu’il serait, en effet, certainement compliqué et plus onéreux d’avoir, sur le même réseau, des rames fonctionnant avec des systèmes d’alimentation différents… ».

Copyright : Edouard Paris

Copyright : Edouard Paris

Commentaire du webmestre : L’autorité environnementale préconisait l’alimentation par le sol (APS), comme ce qui se fait déjà à Bordeaux, Angers, Reims, Orléans et bientôt Tours,  entre la place Albert 1er et le boulevard Ledru-Rollin. Fort heureusement, elle n’a pas retenu cette solution dans la mesure où il aurait été nécessaire d’adapter les dix rames de la ligne 4 à ce mode d’alimentation électrique. De plus, ce court tronçon sous mode APS aurait empêché tout détournement des rames de la ligne 1 par le boulevard Henri IV, sauf à les adapter également, en rappelant qu’elles sont au nombre de trente-trois. Enfin, Alstom aurait été grandement favorisé dans le cadre de l’appel d’offres européen à venir de la conception, la fabrication et la maintenance du parc roulant de la ligne 5 de tramway.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Ligne 5, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour 24 février 2013 – Ligne 5 : enquête publique, pas avant le printemps 2013 ?

  1. Arnaud dit :

    Ca n’a rien à voir avec la L5, mais une nouveauté vient d’apparaître depuis vendredi sur la L3 de Lattes/ Pérols à Juvignac. Pour informer les voyageurs à la station « Pablo Picasso » et au terminus de « Lattes Centre » (je suppose aussi pour les autres terminus) une annonce intervient après l’indication vocale du nom de la station qui précise : « A cette station, la descente se fait par la gauche » (approximativement).
    Cette mention semble automatique après le nom de la station puisque qu’à chaque fois que la destination est annoncée (à chaque arrêt donc), la sortie sur la gauche au terminus est répétée, un peu déstabilisant la première fois et très lassant quand on prend une rame jusqu’au fameux terminus.

  2. Démosthène dit :

    Ce système d’annonce est habituel dans le Métro Parisien automatique Meteor L14 et même elle est répétée en 5 langues !
    Pour en revenir au système d’alimentation par le sol, hors son côté esthétique évident, il présente quelques inconvénients ( voir Bordeaux en cas de pluies violentes voire verglas ).
    Quelques villes italiennes l’ont adopté et comme le vélo y est très développé, des accidents ont aussi été relevés lors de contacts imprévus entre le rail d’alimentation et le retour masse !

    • Louis Ferdinand dit :

      L’alimentation par le sol avec un 3ème rail me semble une exclusivité française, une exclusivité très coûteuse en réalisation et entretien. Comme pour WiKipédia merci par avance à Démosthène de citer les « quelques villes italiennes » et d’expliquer comment « un contact imprévu » peut s’effectuer avec une roue de vélo munie d’un pneu et un système où le rail de contact n’est alimenté qu’au passage d’une rame, et cela sur une section d’une longueur inférieure à celle de la rame.

    • Bonjour Démosthène,

      Un grand Merci pour le lien que vous avez créé vers la photo de la semaine écoulée mise en ligne le 17 février 2013, dans une de vos multiples réactions à l’article publié par Midi Libre le 20 février 2013 sur le blocage par le tribunal administratif de Montpellier de la DUP du tronçon du LIEN routier Saint-Gely-du-Fesc – Bel Air.

      Concernant les villes italiennes, aucune n’est équipée du système d’alimentation par le sol développé par Alstom. Cependant, deux villes sont dotées du pseudo tramway sur pneus Translohr, Padoue et Venise-Mestre, dont le guidage est assuré par deux galets serrés sur un rail central. A Padoue, le centre historique est dépourvu de ligne aérienne de contact et le « faux » tramway évolue néanmoins à petite vitesse grâce à un système de batteries. L’Aquila était prête à accueillir le Translohr, mais le tremblement de terre du 6 avril 2009 est passé par là. Latina, une autre ville italienne avait projeté la réalisation d’une ligne Translohr pour 2012, mais apparemment, en raison des gros problèmes d’ordre technique récurrents sur ce type de transport en service à Clermont-Ferrand, Padoue, Venise-Meste et dans deux villes chinoises qui ont eu la très mauvaises idée de l’adopter, Latina préfèrerait ne plus donner suite quitte à payer quelques millions d’Euros d’indemnités pour se retirer de ce guêpier. Les lignes T5 et T6 du réseau de tramways d’Ile de France seront exploitées avec des rames sur pneus Translohr. Une catastrophe financière en perspective.

  3. mmm dit :

    Bonjour

    Pour être plus précis, enquête publique du lundi 8 avril au lundi 13 mai 2013.

    • Bonsoir,

      Pour la ligne Envol d’une longueur de 2,5 km qui desservira l’aéroport international de Toulouse-Blagnac, l’enquête publique s’est déroulée entre le lundi 2 avril 2012 et le vendredi 11 mai 2012, soit quarante jours consécutifs.

      Si les dates que vous communiquez sont les bonnes, pour la première section de ligne 5 d’environ 16 km entre Lavérune et Clapiers, 35 jours consécutifs me paraissent court, d’autant plus que pendant ce laps de temps il y aura les jours fériés ou chômés du 1er mai, 8 mai et 9 mai 2013. Certes on dira que le minimum de 30 jours consécutifs est respecté.
      Espérons cependant comme à Toulouse, qu’il sera possible de consulter l’ensemble des dossiers d’enquête publique sur le site internet du maître d’ouvrage TaM.

      • mmm dit :

        Je suis convaincu que les éléments seront mis en ligne sur le site de TAM. Mais également sur les communes concernées (Laverune, Montpellier, Montferrier, Clapiers et Saint Jean de Vedas). De toute façon les commissaires enquêteurs auront la possibilité de prolonger l enquête publique jusqu’à 2 mois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s