19 octobre 2019 – A compter du dimanche 15 décembre 2019, les têtes pensantes de SNCF Mobilités vont faire tourner en bourrique la clientèle TGV, InOui et Ouigo tant à Nîmes qu’à Montpellier


Ecran des arrivées, des départs et d’information photographiées en gare de Montpellier Saint-Roch, le samedi 19 octobre 2019 à 14h. Copyright : Edouard Paris

Le mercredi 16 octobre 2019, un convoi exceptionnel routier, coincé sur les voies ferrées à un passage à niveau, a été percuté par un TER Grand Est assurant la liaison Charleville-Mézieres – Reims. Bilan de la collision : onze blessés légers dans le train, parmi lesquels le conducteur de la rame Bombardier, unique agent de la SNCF à bord.

A la suite de cet accident, qui aurait pu être plus dramatique, deux syndicats maison ont demandé aux conducteurs d’exercer leur droit de retrait, un des syndicats affirmant que le conducteur « seul et isolé » à dû traiter une multitude de procédures réglementaires et gérer les usagers dont plusieurs femmes enceintes, le tout « en état de choc ». L’exercice de ce droit de retrait s’est traduit dans les faits par un mouvement de grève inopiné d’envergure nationale entamé le vendredi 18 octobre 2019 et qui se poursuit encore ce samedi 19 octobre 2019 voire peut-être les jours prochains.

On imagine Pascal Zitzmann, chef de train aux CFF (Chemins de fer fédéraux suisse), incarné par le truculent humoriste suisse Vincent Kucholl, déclarer : « En Suisse, on suit de prêt la mise en application fin 2018 du dispositif « Equipement Agent Seul » chez nos collègues français où un seul agent SNCF est à bord d’une rame. Hier, à la suite de l’accident, j’ai pris contact avec une connaissance, cadre à la SNCF de la région Grand Est, qui m’a expliqué qu’avec ce nouveau dispositif, en l’absence d’un contrôleur dans la rame, on a pu éviter un arrêt maladie supplémentaire au sein du personnel SNCF, une chose que les syndicats n’admettent pas« .

Trêve de plaisanterie, une grève prend toujours fin à un moment donné. Il n’en sera rien au contraire avec la désorganisation permanente organisée sciemment par les têtes pensantes de SNCF Mobilités, qui prendra effet à compter du dimanche 15 décembre 2019 tant à Nîmes, qui sera dotée à partir de ce jour là d’une nouvelle gare située à 14 km du centre-ville, qu’à Montpellier, où la seconde gare est déjà en service sur le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier (CNM) depuis le samedi 7 juillet 2018. Cette désorganisation à venir est remarquablement analysée dans un article, à lire absolument, rédigé par montpellier56, le samedi 5 octobre 2018, sous le titre « Desserte TGV du Languedoc et gares nouvelles : comment la SNCF détruit toute cohérence horaire, tarifaire et territoriale« .

Au vu de la faiblesse du nombre de commentaires postés à la suite d’un article mis en ligne par le quotidien Midi Libre, le jeudi 17 octobre 2019, intitulé : « Montpellier : gare Saint-Roch ou Sud de France ? il faudra être « vigilant » dit la SNCF« , on peut se demander si la clientèle TGV habituelle montpelliéraine et nîmoise a pris véritablement conscience des changements qui l’attendent du fait du basculement d’une quinzaine de mouvements TGV de la gare Montpellier Saint-Roch vers la gare Montpellier Sud de France et a fortiori de la gare de Nîmes centre vers la gare de Nîmes Pont-du-Gard, dès le dimanche 15 décembre 2019. Une phrase en fin d’article en dit long sur l’état d’esprit de nombreux cadres de SNCF Mobilités : « Nous vous invitons à être vigilant sur la gare choisie lors de vos réservations« . En bref : « Si vous vous trompez, c’est tant pis pour vous !  »

Il est clair que la gare de Montpellier Sud de France fait déjà et fera des heureux, notamment ceux qui vivent au sud de l’agglomération montpelliéraine et qui se rendent ou se rendront à la gare excentrée presque exclusivement en voiture. Mais ils pourraient vite déchanter quand ils auront bien des difficultés à garer leur vehicule si les parkings affichent complet du fait de l’augmentation conséquente de la desserte TGV à Sud de France. Ils ne seront pas à l’abri non plus de réserver un aller à partir de cette gare et de ne pas prêter attention à la gare de retour quand le choix se portera sur l’horaire et non pas sur le prix qui sera toujours moins élevé sur la destination gare excentrée montpelliéraine par rapport aux prix appliqués sur la destination gare Montpellier Saint-Roch.

Ce samedi 19 octobre 2019, jour de grève inopiné à la SNCF, en gare de Montpellier Saint-Roch, il fallait deviner que les trains qui n’apparaissaient pas sur les écrans des départs et sur celui des arrivées ne circulaient pas. A 14h, la très grande majorité des TER, la totalité des Intercités et le Ouigo quotidien faisaient partie du lot des trains annulés et n’étaient donc pas affichés. Seul un TGV annonçé au départ était en réalité supprimé, en l’occurence le RENFE-SNCF Madrid – Marseille, départ 19h54 à destination de la cité phocéenne.

Info : Edouard Paris

Cet article, publié dans Fourre tout, Infos réseau, Voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 19 octobre 2019 – A compter du dimanche 15 décembre 2019, les têtes pensantes de SNCF Mobilités vont faire tourner en bourrique la clientèle TGV, InOui et Ouigo tant à Nîmes qu’à Montpellier

  1. ARNAUD dit :

    Inutile de dramatiser les quelques difficultés qui découleront de l’ouverture des deux nouvelles gares. Il ne s’agit tout de même que d’inconvénients mineurs que les usagers sauront éviter. Attendons quelques semaines et tout rentrera dans l’ordre.

    • Bonsoir Arnaud,

      Sur Nîmes il y a moins d’ambiguïté. La gare de centre-ville est dénommée par la SNCF Nîmes Centre et celle excentrée Nîmes Pont-du-Gard.
      A Montpellier, si les habitants de la métropole savent majoritairement faire la différence entre les deux gares Montpellier St-Roch (en centre-ville) et Montpellier Sud de France, pour les personnes venant de l’extérieur ce n’est pas évident.
      Pour limiter tout risque d’erreur, il serait logique de débaptiser la gare de Montpellier Saint-Roch et de la nommer Montpellier Centre.
      A Tours, le changement de nom des deux gares principales est à l’ordre du jour.

      Cordialement

      Edouard Paris

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.