30 novembre 2017 – Transport ferroviaire, les élus des régions mettent le plus souvent la charrue avant les bœufs


A l’heure où en Occitanie, la plupart des élus réclament à tort et à cri la construction de deux nouvelles lignes à grande vitesse, la première entre Bordeaux et Toulouse et la seconde entre Montpellier et Perpignan, avec pour seul argument la libération de sillons sur les lignes classiques, encore faut-il que ces dernières fassent l’objet d’une modernisation complète, et non pas au coup par coup, dans le but d’accueillir le nec plus ultra des automotrices de dernière génération devant assurer des TER et des Intercités.

En région, les exemples ne manquent pas où les élus de tout bord se sont empressés d’acquérir des autorails et automotrices sans se préoccuper de l’état des voies sur lesquelles ce nouveau matériel allait circuler.

Un exemple parmi tant d’autres, la liaison ferroviaire Beauvais – Le Tréport.

De passage dans ce port de pêche et station balnéaire, le samedi 19 août 2017, l’auteur de ces quelques lignes fut stupéfié par la présence d’automotrices de dernier cri en gare du Tréport – Mers les Bains, alors que trente minutes plus tôt il s’était posé la question de savoir si des trains roulaient encore sur cette ligne au vu de l’état calamiteux de la voie ferrée constaté depuis un pont la surplombant à Eu, une ville située au sud du Tréport.

En lisant le mensuel L’Echo du Rail n°420 – décembre 2017 – édité par par Les Editions du Cabri, l’auteur de ces lignes tombe sur l’info suivante intitulée « Prochains travaux sur la ligne du Tréport » d’où il ressort que « le conseil régional des Hauts-de-France a approuvé le lundi 16 octobre la rénovation totale de la ligne Beauvais-Le Tréport, avec la participation de la région Normandie. » Selon un média local, « le coût de cette opération d’envergure s’élève à 73,4 millions d’euros, partagé de la façon suivante : les Hauts-de-France participent à hauteur de 50,516 millions d’euros (70,80 %), la Normandie verse 15 millions d’euros (21,03 %) pour la section Abancourt – Le Tréport et SNCF Réseau finance 5, 830 millions d’euros (8,17 %). Les Hauts-de-France prennent seuls à charge la section Beauvais-Abancourt, située entièrement sur leur territoire. Ces travaux de rénovation entraîneront la fermeture totale de la ligne « à partir de juin 2018 » pour des travaux « à compter du second semestre 2018 et durant toute l’année 2019, pour une mise en service prévue en 2020 ». Toujours selon ce média local : « pendant toute la durée des travaux de modernisation, des bus prendront la place des trains. Et une fois les travaux achevés, le temps de trajet devrait être réduit. Un coup de pouce nécessaire pour le transport ferroviaire. »

Info : Edouard Paris

Cet article a été publié dans Fourre tout, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s